Don au Diocese de Grenoble Vienne

Textes et messages de Mgr de Kerimel - Année 2014-2015

Communiqué de Mgr de Kerimel à la suite de l'attentat terroriste de Saint-Quentin-Fallavier le 26 juin.

Au nom de la communauté catholique en Isère, je souhaite exprimer toute ma souffrance à la suite de l’odieux attentat qui a eu lieu dans notre département ce matin. Notre pensée comme notre prière vont aux familles des victimes et à leurs proches, mais aussi à notre pays une nouvelle fois agressé.
Aucune idéologie, aucune religion ne peuvent légitimer ces actes barbares : ils vont à l’encontre de l’homme et de sa dignité. Comme je l’exprimais aux responsables des communautés musulmanes à l’occasion du début du Ramadan : « plus Dieu est adoré, plus Il ouvre nos yeux et nos cœurs à nos frères humains, en particulier ceux qui sont dans le besoin. Plus Dieu est adoré, moins il y a de place dans les cœurs pour les haines, les divisions. »

Par la fraternité, nous contribuons à la construction d’un monde plus juste et plus humain. Les actes terroristes aussi monstrueux qu’ils puissent être ne sauraient entamer notre confiance en l’amour miséricordieux de Dieu. Notre engagement quotidien pour construire les relations d’amitié n’en sont que renforcées.

J’invite l’ensemble des croyants à prier pour la paix et pour une fraternité toujours plus vraie entre tous.

Guy de Kerimel
Évêque de Grenoble-Vienne

Une Eglise en refondation

Interview accordée au mensuel La Nef - Juin 2015

Mgr de Kerimel a accordé un long entretien au mensuel La Nef. Il aborde parle de sa vision de l'Eglise de France, de l'évangélisation, de la vie... Les propos sont largement illustrés par des exemples concrets pris dans la vie de notre diocèse et de ce qui se met en place dans les communautés depuis la lettre pastorale de mai 2013.

Lire l'interview complète.

Libérons la joie

Message pour Pâques 2015 de Mgr de Kerimel

La résurrection du Christ ouvre à une radicale nouveauté, nous le savons. Nous qui avons été baptisés dans sa mort et sa résurrection, nous vivons de la puissance de vie nouvelle du Christ ressuscité.                
Peut-on mettre la lumière sous le boisseau ? Peut-on empêcher un geyser de jaillir ? Peut-on ne pas laisser s’épancher la joie ? Peut-on taire la victoire ? Non !
Imaginez des supporters à la fin d’un match de football au cours duquel leur équipe a obtenu la victoire, qui repartiraient silencieux, sans la moindre expression de joie, chacun chez soi ! C’est totalement inimaginable. Or la victoire du Christ sur la mort a un impact infiniment plus important que le succès de notre équipe de football préférée.

La résurrection du Christ irradie notre vie par la foi et l’action des sacrements et fait de nous des gens libérés, remplis de lumière, plein d’espérance, désireux de partager à tous leur joie, et de témoigner de l’expérience qu’ils font d’une vie transformée par l’amour vainqueur du Christ. Leur cœur, leur regard, leur intelligence, leur volonté, sont renouvelés par la lumière et l’amour du Christ, et cela doit se voir sur leur visage, dans leur comportement, dans leur qualité de relation. Nous, les chrétiens, nous n’avons pas moins de soucis que les autres, mais la résurrection du Christ nous donne de les relativiser, car sa victoire touche tout ce qui fait la vie humaine, et rien ne peut échapper à son amour vainqueur.

Il est temps que nous soyons nous-mêmes au cœur du monde, que nous sortions des tombeaux de la tristesse et de la peur, et que nous fassions sauter les verrous qui nous enferment, que nous fuyions tout ce qui nous fige. Libérons le Christ ressuscité en nous, libérons la joie !

Joyeuse fête de Pâques !

† Guy de Kerimel
Evêque de Grenoble-Vienne

Homélie du dimanche de Pâques - 5 avril 2015

"Le Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité ! Ce matin, nous sommes invités à entrer dans l’expérience des apôtres et des disciples de Jésus, témoins de sa mort et de sa résurrection. Les saintes femmes les premières, puis les apôtres constatent que le tombeau de Jésus est vide. Marie Madeleine pense immédiatement que le corps a été enlevé ; il avait été mis dans ce tombeau tout proche du Calvaire parce qu’il fallait enlever rapidement les corps des suppliciés avant le grand sabbat ; peut-être l’avait-on déplacé dans un autre lieu, après le sabbat. Saint Jean cependant est intrigué par les linges restés à leur place. Si le corps de Jésus avait été enlevé, les linges ne seraient plus là ; si Jésus était simplement revenu à la vie, les linges auraient été déplacés. Jean vit et il crut ; il vit que le corps avait disparu du tombeau sans déplacer les linges qui étaient comme affaissés, à plat, à leur place, et il crut en la résurrection de Jésus. " ...


Document PDFTélécharger le texte complet de l'homélie du dimanche de Pâques

Homélie de la vigile Pascale - 4 avril 2015

"Frères et sœurs, nous étions dans la nuit de ce monde, dans la nuit du tombeau, et une lumière est venue jusqu’à nous ; nous l’avons suivie : c’est la lumière du Christ, le Fils de Dieu, le Verbe fait chair, ressuscité d’entre les morts. « En Lui était la vie et la vie était la lumière des hommes ; la lumière a brillé dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée » (Jean 1, 4-5)." ...


Document PDFTélécharger le texte complet de l'homélie de la vigile pascale

Homélie du Vendredi saint - 3 avril 2015

"L’heure est venue pour Jésus d’accomplir et d’achever l’œuvre que le Père Lui a confiée dans le monde. Il avance vers ceux qui viennent l’arrêter, Il va au-devant de sa Passion et de sa mort pour affronter celui qui maintenait l’humanité dans l’esclavage en lui inspirant une peur panique de la mort. Jésus se fait solidaire de tous les innocents condamnés, torturés, supprimés. Il se met aussi au rang des pécheurs, des malfaiteurs ; Il prend sur Lui tous les péchés de l’humanité et Il en est broyé. « Voici l’homme », dit Pilate ; Jésus flagellé, couronné d’épines, humilié, giflé, couvert de sang, donne à voir la réalité de l’humanité défigurée par le mal et la souffrance ; aujourd’hui, c’est le visage des chrétiens d’Orient et de ceux qui sont victimes de l’injustice."...

 


Document PDFTélécharger le texte complet de l'homélie du vendredi saint

Homélie du Jeudi saint - 2 avril 2015

En ce début de la célébration de la Pâque chrétienne, nous sommes invités au banquet de l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Jésus l’agneau pascal est offert en sacrifice ; Il donne sa vie librement pour épargner à l’humanité la mort, qui est la conséquence logique du péché. Sans le sacrifice du Christ, nous étions condamnés à la mort, à une mort éternelle ; Il a pris sur Lui notre condamnation, Il s’est sacrifié pour nous. Oui le péché a des conséquences dramatiques, sanglantes, et Jésus les prend sur Lui. Ce n’est pas Dieu qui veut la mort du pécheur, c’est la logique du péché et de l’Auteur du péché, Satan, de conduire à la mort. En se livrant pour nous, Jésus nous a délivrés de l’Exterminateur.

La culture de mort dans laquelle nous vivons doit nous ouvrir les yeux sur les conséquences dramatiques du refus de Dieu, de sa lumière, de son amour, et nous inciter à nous convertir et à prendre au sérieux le don du Christ. Les guerres, le terrorisme, les homicides, les suicides, l’avortement, les infanticides, l’euthanasie et tous les comportements mortifères sont le lot d’une société qui refuse ou ignore le salut du Christ. Le crash de l’A 320 dans nos Alpes a été pour moi une dramatique illustration de cette culture de mort qui conduit tout droit à des catastrophes mortelles. Jésus le dit dans l’Évangile, à propos d’une répression sanglante de Pilate ou de l’écroulement de la tour de Siloé : « si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même » (Luc 13, 5).
...
 


Document PDFTélécharger le texte complet de l'homélie du Jeudi Saint

Homélie de la messe chrismale - 31 mars 2015

"Au début de sa vie publique, dans sa brève prise de parole à la synagogue de Nazareth, Jésus présente, en quelque sorte, son programme d’action, sa feuille de route contenue dans la citation du livre d’Isaïe : annoncer la Bonne Nouvelle, guérir, délivrer, libérer, ouvrir les yeux des aveugles, consoler, faire passer du deuil à la fête, proclamer une année de bienfaits. L’Esprit Saint repose sur Lui, Il est Le Consacré par excellence, le Christ, envoyé par le Père pour accomplir dans le monde l’œuvre de salut, pour réconcilier le monde avec Dieu et sceller cette réconciliation par une alliance éternelle, pour faire entrer toute l’humanité dans la filiation divine, pour en faire un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père..."

Conflit de libertés ?

Intervention de Mgr de Kerimel pour l'émission « Parole aux Églises » sur le réseau RCF – Janvier 2015.

Les actes terroristes des 7 et 8 janvier derniers ont provoqué une onde de choc qui continue à se répandre et à provoquer des réactions. Tous les Français ont été touchés ; les médias se sont sentis particulièrement agressés. De fait l’attaque contre les journalistes fut une grave atteinte à la liberté d’expression. Or cette liberté est souvent un rempart pour les autres libertés.

Depuis Pentecôte 2013 - Les avancées

Lettre aux catholiques du diocèse - Janvier 2015

"Depuis Pentecôte 2013, la lettre pastorale « Communion et mission, un défi pour notre diocèse » commence à être mise en œuvre ; il me semble bon de faire un point d’étape et rappeler les perspectives. Plus le temps passe et plus je perçois le bien-fondé de la direction qu’a prise notre diocèse, après tout un temps de réflexion et de maturation communes. L’exhortation apostolique du pape François a été pour moi et pour un certain nombre d’entre nous une confirmation du chemin que nous avons entrepris. Nous avons à vivre une transformation missionnaire de notre Église diocésaine comme y invite le pape François, et cela passe avant tout par une conversion jamais achevée à Jésus-Christ, et par une vie sous la conduite de l’Esprit saint..."

Lire la lettre complète

Allocution d'accueil de Mgr de Kerimel lors de la rencontre interreligieuse le 11 janvier 2015 à Grenoble.

Soyez tous les bienvenus pour ce temps de rencontre interreligieuse que les évènements dramatiques de ces jours-ci nous ont incités à organiser. Je salue les autorités religieuses et civiles qui ont bien voulu nous faire l’honneur de participer à cette rencontre.
Nous sommes rassemblés ce soir pour redire avec tous les Français notre condamnation ferme de cet acte terroriste odieux qui a coûté la vie à des journalistes, à des policiers, à des clients d’un magasin casher. Tout le corps social a été agressé violemment par cet attentat, toute la France est atteinte, tous les Français sont appelés à réagir pour que la haine, la discrimination, la violence, la peur, le mépris disparaissent de notre pays.

Otez ces crèches que notre société ne saurait voir !

Je ne parle pas de ces petits personnages en terre cuite ou autre matière, mais de ces crèches vivantes de familles totalement démunies, obligées de dormir sous des toiles et des planches dans le froid et l’humidité.
Il y a quelques jours, le Dauphiné Libéré a montré la photo d’un homme et d’une femme Kosovars, avec un nouveau-né dans les bras ; notre monde les fabrique en série ces crèches vivantes. On voudrait ne pas les voir, on préférerait qu’ils aillent « crécher » ailleurs, qu’ils retournent dans leur pays, qu’on ne voie plus leur misère qui nous donne mauvaise conscience. Il serait bon que notre société se mobilise davantage pour loger dignement ces personnes plutôt que de s’indigner contre des santons.
Je rends hommage à tous ceux qui s’approchent de ces crèches vivantes, qui n’ont pas peur de se salir pour faire sourire les enfants et apporter un peu d’espoir. Je rends hommage à ceux qui arrivent à reloger une famille ou plusieurs. Merci à vous qui nous faites vivre Noël !
Joyeux Noël à tous !

Guy de Kerimel
Évêque de Grenoble-Vienne

Information complète et document à télécharger sur le site, ici.

La joie de Noël

Message à l'occasion de la fête de Noël

"Voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple" : C’est par ces mots que l’ange avertit les bergers de la naissance du Fils de Dieu en notre monde. Noël est une invitation à la joie, une invitation pour nous croyants à partager notre joie, à transmettre cette bonne nouvelle pour faire jaillir la joie dans les cœurs. (...)

Célébration des ordinations diaconales - Samedi 7 décembre 2014

Marc Malone, Antoine Schrameck

" Le temps de l’Avent nous invite à fixer notre regard sur Celui qui vient, à faire grandir en nous le désir de sa venue, et à la préparer activement. Faire mémoire de sa venue dans notre chair comme nous le ferons à Noël doit nous rendre attentifs à discerner sa venue dans le quotidien de nos vies, à être toujours prêts à L’accueillir ici-bas dans la foi, à travailler à l’avènement du Royaume déjà mystérieusement présent et qui s’accomplira lors de la venue glorieuse du Christ, à la fin des temps."...

 

Année de la Vie consacrée

Homélie de la messe à la cathédrale de Grenoble

"L’ouverture de l’Année de la Vie consacrée correspond à l’entrée dans le temps de l’Avent. Cette correspondance nous rappelle que la Vie consacrée est profondément liée à la venue du Seigneur. En effet, elle est un signe des temps nouveaux inaugurés par la première venue du Fils de Dieu dans notre monde et qui seront pleinement manifestés lors de la venue glorieuse du Seigneur à la fin des temps. " ...

Avortement. Une banalisation sans précédent !

Communiqué de Mgr de Kerimel - 21 nov. 2014

Le Parlement se prépare, ces jours-ci, à voter une résolution pour réaffirmer solennellement, à l’occasion de l’anniversaire de la loi Veil, le droit fondamental à l’avortement. Cette surenchère pour imposer l’avortement comme un acte médical banal au service de la liberté des femmes dit la difficulté à fonder de manière solide ce « droit fondamental ». Un droit humain peut-il reposer sur la négation du droit à la vie d’autres êtres humains au tout début de leur existence et de leur croissance ? Nous sommes tous passés par le stade embryonnaire, l’aurions-nous oublié ?

Certes, la promotion de la liberté des femmes et de l’égalité homme/femme sont des causes justes auxquelles on ne peut que souscrire, mais de quelle liberté parle-t-on ? Quand on lit le récit de bon nombre de femmes qui ont avorté, on entend leur angoisse, la pression de l’entourage, souvent du géniteur, et la souffrance qu’elles éprouvent durablement d’avoir été amenées à commettre un acte qu’elles ressentent comme grave. Pour certaines c’est une véritable descente aux enfers : des sociologues, des psychologues et des psychanalystes, hors de toute référence religieuse, connaissent ces situations douloureuses. Pourquoi le traumatisme post-abortif est-il laissé sous silence ou simplement nié ? Peut-on parler de liberté quand la parole est interdite ?

Oui, la liberté doit être le fondement des relations homme/femme, et de la maternité. L’amour entre deux personnes humaines inclut la liberté s’il se veut pleinement humain ; la paternité et la maternité requièrent, elles aussi, l’engagement des libertés. Dans les deux cas, il s’agit d’une liberté responsable, une liberté qui s’engage par le dialogue et conduit à une parole donnée. 

C’est donc en amont qu’il faut travailler à la promotion de la liberté des femmes et à l’égalité homme/femme, pour qu’une grossesse ne devienne pas comme une agression qui justifierait une légitime défense en supprimant « l’agresseur » bien innocent, à qui l’on fait porter les conséquences de comportements irresponsables. 

Guy de Kerimel
Evêque de Grenoble-Vienne

Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne est Président du groupe de travail de la Conférence des Evêques de France « Phénomène social de l’avortement  et enjeux éducatifs ».

Armistice 1918 - 11 novembre 2014

Homélie de la messe à la cathédrale de Grenoble

"Chaque année, nous faisons mémoire, à l’occasion de l’anniversaire de l’armistice de 1918, de cette terrible guerre qui a exigé le sacrifice de tant de vies humaines, et nous prions, ici, pour ces morts et pour tous ceux qui ont donné leur vie pour notre pays. Nous demandons aussi à Dieu de savoir tirer les leçons de ces épreuves en œuvrant pour la paix, en devenant artisans de paix. "...

Sauver l'humain

Le 30 septembre 2014

Des voix se font entendre pour légaliser la GPA (Gestation pour Autrui), en inventant une soi-disant « GPA éthique » pour couvrir d’une illusion morale une pratique déshumanisante.
Avec la GPA, ainsi que la PMA (Procréation Médicalement Assistée) ouverte à tous les couples, notre société reconnaîtrait un droit à l’enfant, au détriment du droit des enfants.
La GPA n’est rien d’autre que l’homme réduit à l’état de marchandise. On peut, dans certains pays, vendre ou acheter de l’humain. Ailleurs, on élimine déjà l’être l’humain. Jusqu’où va-t-on aller dans ces dérives ?
Mesure-t-on le changement que la GPA va introduire dans la relation enfants/parents ? Peut-on concevoir qu’un humain relève du droit de propriété d’un autre humain qui l’a acheté ? C’était le cas du temps de l’esclavage. Est-on en train de régresser en inventant de nouvelles formes de servitude ?
Personnellement, je ne peux pas me taire et je soutiens tous ceux qui œuvrent contre ces dérives, quelle que soit leur sensibilité politique ou religieuse.

Pèlerinage diocésain à La Salette - Septembre 2014

Enseignement sur la joie de l'Evangile

Mgr de Kerimel a proposé un enseignement sur la joie de l'Evangile.

Le texte complet de ses interventions est disponible ci-dessous.

Homélie de la messe du pèlerinage

"Nous n’aimons pas qu’on nous impose de faire ceci ou cela, et souvent, comme le premier fils de la parabole que nous venons d’entendre, nous commençons par dire non quand on nous demande quelque chose ; parce que nous avons l’impression que notre liberté est agressée, et que nous sommes contraints d’agir. ..."