14ème Semaine du Temps Ordinaire

Paroisse St Matthieu du St Eynard

Prière universelle

Notre Père notre Père nous te supplions humblement !

  • Prions pour l’Eglise, qu’elle sache accepter sa pauvreté et qu’elle sache toujours reconnaître ses faiblesses, ses failles et ses manquements  pour ne s’appuyer que sur la force toute puissante du Christ Ressuscité, humble et doux. Ecoute-nous, Seigneur
    Notre Père notre Père nous te supplions humblement !

     
  • Prions pour nos nouveaux gouvernants afin qu’ils mettent en place tous les moyens nécessaires pour aider tous ceux qui traversent les épreuves, notamment la maladie et la vieillesse, et tous ceux qui vont subir les conséquences économiques de la pandémie. Ecoute-nous, Seigneur.
    Notre Père notre Père nous te supplions humblement !
     
  • Prions pour les familles actuelles qui sont souvent bien fragiles : la réalité familiale est en mutation. Que la vraie vie resurgisse au cœur de cette petite communauté humaine, qu’elle puisse être  accompagnée avec amour, respect et sagesse ! Ecoute-nous, Seigneur. 
    Notre Père notre Père nous te supplions humblement !

     
  • Prions pour que chacun d’entre nous puisse prendre un peu sur son temps de repos pour percevoir  vraiment les désirs de son cœur à la lumière de Dieu, que la peur causée par les incertitudes qui pèsent sur l’avenir n’enlève pas notre confiance envers Dieu le vivant ! Ecoute-nous, Seigneur.
    Notre Père notre Père nous te supplions humblement !

Quelques pistes pour le Dimanche 28 juin

Quelques pistes pour le Dimanche 28 juin

par le Père Jean-Baptiste Thibaut

Textes du jour : 2 R 4, 8-11.14-16a ; Rm 6, 3-4.8-11 ; Mt 10, 37-42​
https://www.aelf.org/2020-06-28/romain/messe

" Celui qui ne prend pas sa croix n’est pas digne de moi. Qui vous accueille m’accueille " (Mt 10, 37-42)​

Nous entendons ce dimanche la fin du discours de Jésus sur la mission. Ce passage est difficile dans son écoute car il touche dès le début au domaine « sensible » de la famille.

On pourrait croire que Jésus n’aime pas la famille ce qui n’est pas le cas. Dans le contexte de la mission, Jésus pose la question de la priorité des relations. Quelle est la relation « source » qui nourrit et m’aide à déployer les autres relations ? Jésus nous invite à choisir comme première la relation avec Lui. Pour comprendre cette prise de position, rappelons-nous que Jésus nous offre dans cette relation la vie éternelle.

L’autre dimension de la mission est celle de « prendre sa croix ». Ce terme est lui aussi difficile à accueillir. Il nous appelle quant à lui au principe de réalité. La mission ne consiste pas à vendre du rêve mais elle est un appel à prendre conscience de ses propres limites pour s’ouvrir aussi à celles du monde. C’est ce qu’a vécu Jésus dans sa Passion, c’est dans ce sillage que nous sommes invités à poursuivre la mission.

La dernière partie de ce passage pose la question de l’accueil de celui qui est envoyé en mission. La dernière partie du verset parle d’ « un de ces petits en sa qualité de disciples ». Ces quelques mots nous invitent à réfléchir sur la posture de celui qui est envoyé en mission. Ce n’est pas un conquistador mais il se fait petit au point qu’il a besoin de recevoir un verre d’eau. Il est porteur du message de vie éternelle, mais il a la simplicité de se rendre dépendant de l’autre…

Que nous ayons l’amour de Christ et l’amour des autres pour vivre l’appel à la mission !

Prière universelle

Par Jésus-Christ Ton serviteur, nous Te prions, Seigneur

  • Béni sois-Tu, Seigneur, pour les innombrables gestes de fraternité qui se font sur terre en une journée. Pour que les coeurs sans amour découvrent la joie de Te servir, Seigneur, nous Te supplions. 
    Par Jésus-Christ Ton serviteur, nous Te prions, Seigneur.

     
  • Béni sois-Tu, Seigneur, pour toutes les personnes qui se soucient de leur prochain, qui accueillent et offrent l’hospitalité. Pour que personne ne ferme son coeur à la détresse des migrants, Seigneur, nous Te supplions.
    Par Jésus-Christ Ton serviteur, nous Te prions, Seigneur.
  • Béni sois-Tu, Seigneur, pour les prophètes qui rappellent aux hommes leur vocation. Pour que tous les baptisés répondent aux appels qu’ils reçoivent, Seigneur, nous Te supplions.
    Par Jésus-Christ Ton serviteur, nous Te prions, Seigneur.

     
  • Béni sois-Tu, Seigneur, parce qu’en tous Tu exerces la puissance de la résurrection. Pour qu’aucun ne reste prisonnier de ce qui ressemble à la mort, Seigneur, nous Te supplions.
    Par Jésus-Christ Ton serviteur, nous Te prions, Seigneur.

Quelques pistes pour le Dimanche 21 juin

Quelques pistes pour le Dimanche 21 juin

par le Père Aymar Gildas Malela Ngoma

Ne craignez pas !

Textes du jour : Jr 20, 10-13 ; Rm 5, 12-15 ; Mt 10, 26-33​
https://www.aelf.org/2020-06-21/romain/messe

Voilà le refrain qui scande l’Evangile de ce jour du Seigneur: « Ne craignez pas ». N’est-ce pas ce refrain que le monde entier a entendu le jour de l’élection de Karol Jozef Wojtila, Saint Jean Paul II, de sa bouche: « N’ayez pas peur » ?

En effet, frères et sœurs dans le Christ, souvent dans notre monde, place est à la peur. Qui peut avouer qu’il n’a pas peur? 
Non ! L’invite de Jésus-Christ est celle-ci aujourd’hui: « Ne craignez pas, n’ayez pas peur. Ne craignez pas ceux qui peuvent tuer le corps. Craignez ceux qui peuvent faire du tort à votre âme ». 
Nous sommes avertis. Il y a une mort beaucoup plus grave que celle de notre corps… C’est celle de notre âme…C’est la disparition de la vie de Dieu qui est en nous. Mais faut-il le rappeler ? Jésus nous invite à la confiance dont nous savons qu’elle n’est pas inutile, tant la perspective de la mort ou de la souffrance peut générer en nous une peur légitime, jusqu’à faire de nous des « esclaves » (Héb 2.15). C’est cette peur-là que nous constatons et qui pousse Pierre à renier Jésus après son arrestation (Lc 22. 57). Et c’est la même peur que nous pouvons constater en nous-mêmes quand nous préférons taire notre foi, plutôt que nous exposer au «ridicule» dans un monde où être chrétien ne va plus de soi. 
 
Ne le renions pas. Depuis le baptême, nous appartenons au Christ. Nous sommes les membres de son corps, nous portons son nom : le nom de chrétiens. Il faut rester avec lui. Il ne faut pas nous séparer de lui par le péché, par une vie mauvaise et païenne. Saint Paul vient de nous répondre : « Rien n’est impossible car le Christ nous donne sa force ! » Dieu le Père donne sa force. Et la préface des Saints martyrs le stipule: « C’est ta puissance qui se déploie dans la faiblesse quand tu donnes à des êtres fragiles de te rendre témoignage…»
La 1ère lecture le redit par le prophète Jérémie: « Ne craignez pas, n’ayez pas peur, le Seigneur est avec nous comme un libérateur. Il est notre force. Il nous accompagne tout au long de notre vie ».  Le Christ nous réconforte. Dieu est présent aux moindres évènements de nos vies : pas un oiseau ne tombe du nid sans que Dieu ne s’en aperçoive… Pas une herbe ne grandit, pas un fruit ne mûrit, pas une petite bête ne souffre, sans que Dieu le sache : Dieu sait tout, s’intéresse à toutes ses créatures… Dieu aime toutes ses créatures, dont toi, ma sœur, dont toi, mon frère surtout que nous sommes, nous les hommes, ses créatures préférées, ses enfants bien-aimés. 
 
« Les cheveux de votre tête sont tous comptés…Vous valez plus que tous les oiseaux du monde! Soyez donc sans crainte ! » 
Interpelle-toi, alors, mon frère, ma sœur : « Est-ce que j’ai envers le Père cette confiance inouïe que me suggère Jésus ? » et voici une mission confiée à nous les baptisés : « Ce que je vous dis dans le secret…dans l’obscurité »… « au creux de l’oreille… Faites-le connaître autour de vous, en pleine lumière, proclamez-le ! »
Les premiers appelés tout peureux, craintifs qu’ils étaient avant la Pentecôte, retrouvèrent force et courage ! A l’instar des missionnaires qui ont apporté sur tous les continents, la Bonne Nouvelle, à nous de prendre le flambeau. Devenons, soyons missionnaires. Soyons des témoins de la foi, sans se dissimuler. Quels que soient obstacles, embûches, menaces, « avançons au large » !
 
Comme Jérémie malgré les menaces des uns et des autres, nous avons à nous rappeler que l’Esprit de Jésus ressuscité est à l’œuvre en nous. Voilà qui va fonder notre espérance et nous donner le courage de vivre « autrement » dans le monde des indifférents ou des incroyants. Gardons confiance, Jésus est notre « médiateur ». Il prend notre défense. 
Frères et sœurs dans le Christ, ne soyons pas troublés: Jésus nous dit: « Ne craignez pas » ! Reprenons avec foi et chantons cette prière du Roi David : « Ma lumière et mon salut, c’est le Seigneur, de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerai-je ? »
 Amen

Prière universelle

Notre Père, notre Père, nous te supplions humblement

  • Pour les Chrétiens persécutés qui témoignent de leur attachement au Christ, pour ceux dont la vie est par elle-même porteuse de ta lumière, pour ceux qui chez nous manquent d’audace, ou, tout simplement de formation, pour pouvoir donner un témoignage compréhensible par nos contemporains Seigneur, nous te prions.
    Notre Père, notre Père, nous te supplions humblement
  • Pour que les responsables des pays mettent en place les mesures qui aideront les plus petits de leurs peuples  à reprendre leurs activités avec joie et confiance,
    Pour tous les enfants qui reprennent lundi le chemin des écoles et tous leurs enseignants, afin que la grâce de vie que tu offres  chasse la peur des cœurs et des esprits  de tous ceux qui sont impliqués dans cette brève et inédite rentrée scolaire, Seigneur nous te prions.​
    Notre Père, notre Père, nous te supplions humblement
  • Pour tous les pères de famille que nous fêtons aujourd’hui, et particulièrement pour ceux qui sont inquiets pour leur travail dans la conjoncture actuelle, Seigneur nous te prions.
    Notre Père, notre Père, nous te supplions humblement
  • Pour tous ceux qui, ici ou là, malgré les circonstances de cérémonies restreintes, peuvent être baptisés, faire leur première communion, être confirmés et même ordonnés ; en particulier pour Octave Droguet baptisé aujourd’hui (hier) à Saint Victor, Seigneur nous te prions.
    Notre Père, notre Père, nous te supplions humblement

Quelques pistes pour la fête du Corps et du Sang du Christ

Quelques pistes pour la fête du Corps et du Sang du Christ

par le Père Jean-Baptiste Thibaut

Textes du jour : Dt 8, 2-3.14b-16a ; 1 Co 10, 16-17 ; Jn 6, 51-58
https://www.aelf.org/2020-06-14/romain/messe

Ce deuxième dimanche après la Pentecôte, l’Eglise nous invite à contempler le don que Dieu nous fait dans le Corps et le Sang de Jésus. Aujourd’hui voici quelques versets qui peuvent retenir notre attention pour contempler ce cadeau de Dieu.

« Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert »

Par ce verset de l’Exode, nous sommes invités à faire mémoire de notre chemin de vie. La suite du texte nous révèle que dans ce lieu désertique et aride, Dieu s’est rendu présent et qu'Il a nourri et abreuvé son peuple qui se trouvait dépourvu de tout… Pour nous, faire mémoire de notre vie, de notre année pastorale écoulée, c’est reconnaître les aridités traversées, nos sécheresses de cœurs, mais aussi que Dieu a été là, qu’Il ne nous a pas abandonné et qu’Il a fait fleurir notre vie. A travers ce passage de l’Exode, Dieu nous rappelle qu’Il est don pour l’humanité de ce qui est nécessaire pour vivre. Ce don implique pour nous la prise de conscience de la réalité suivante : dans l’Eucharistie c’est Dieu qui se donne pour constituer et nourrir son peuple dans la marche de la vie.

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. »

Ce verset de l’Evangile de Jean nous donne de comprendre le don que Dieu nous fait en Jésus Christ. Si dans l’Exode, ce sont l’eau et la manne qui ont été données pour que le Peuple de Dieu puisse effectuer sa traversée du désert, maintenant, en Jésus, ce sont son Corps et son Sang qui nous sont donnés pour que nous ayons la vie éternelle. Jésus lui-même fait le parallèle entre son Corps et la manne. Nous pouvons noter que le don de la manne a cessé lorsque les hébreux sont entrés en Terre Promise. Depuis sa mort sur la Croix et sa résurrection, Jésus ne cesse de donner son Corps et son Sang dans l’Eucharistie. Il y a donc une surabondance dans le don qui nous est fait : c’est le Corps du Seigneur ; et dans la durée de ce don : « Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps ». Nous sommes donc invités à rendre grâces au Seigneur pour sa bienveillance et son amour envers nous.

« Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. »

Cette brève lecture de la première lettre aux Corinthiens nous invite à prendre conscience d’un des effets de la communion sur notre vie. En recevant le Corps de Jésus, nous devenons, nous les membres de l’Eglise, véritablement son Corps. Ainsi, la communion nous relie à Jésus mais aussi nous relie les uns les autres. La communion eucharistique nous met en communion les uns les autres. Ce temps de confinement, nous a conduit à découvrir ou redécouvrir ce qu’était la communion… Nous voyons bien en ce temps où les célébrations reprennent, que nous avons besoin et du Corps sacramentel du Christ et de la communauté qui est aussi Corps du Christ.

En ce jour, soyons dans la joie pour tous les dons que le Seigneur nous fait. Que son Eucharistie demeure le Pain de la route et que nous puissions être à notre tour signe de communion pour le monde.

Prière universelle

  • L’Eglise est dépositaire de la Parole et des sacrements.
    Seigneur, nous te prions pour ton Eglise, ses pasteurs et ses fidèles, pour que chacun, à sa place, témoigne de la Bonne Nouvelle qui l’anime et qui est offerte à tous.

     
  • Malgré des progrès au cours des dix dernières années, la faim est un fléau qui touche encore des millions de personnes dans le monde.
    Seigneur, nous te prions pour toutes ces personnes qui manquent de pain au quotidien et aussi pour les militants qui travaillent pour plus de solidarité aux niveaux local et international.

     
  • Au-delà du pain quotidien, la communion au Corps et au Sang du Christ est un trésor.
    Seigneur, nous te prions pour tous ceux qui en sont privés, parce qu’ils ne t’ont pas rencontré, ou n’ont pas été touchés par ton appel, et aussi pour ceux, au sein de l’Eglise, qui ne peuvent s’approcher de la table eucharistique.
  • Seigneur, tu nous invites aujourd’hui à approfondir notre compréhension du mystère de la communion à ton Corps et ton Sang.  
    Nous te prions d’ouvrir nos cœurs à ta présence et de nous faire grandir dans la confiance pour cheminer avec toi dans notre quotidien.

Trinité - Arcabas

Une pensée pour le dimanche de la Sainte Trinité

par le Père Aymar Gildas Malela Ngoma

Textes du jour : Ex 34, 4b-6.8-9 ; 2 Co 13, 11-13 ; Jn 3, 16-18
https://www.aelf.org/2020-06-07/romain/messe

Que célébrons-nous en ce premier dimanche juste après la pentecôte ? Nous célébrons notre Dieu dans son originalité. Nous sommes invités par Jésus à célébrer notre Dieu comme son Père et notre Père, dans la puissance d’un même Esprit.

Oui, quand Jésus est venu nous parler de Dieu, il nous a parlé du Père, son Père, le nôtre aussi : c’est Lui le Créateur de toutes choses. Et Dieu le Père Lui-même nous l’a confirmé, au Baptême de Jésus dans les eaux du Jourdain, ou sur le mont Thabor, il présente Jésus comme son propre Fils: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le!». C’est le Fils qui nous a parlé de l’Esprit-Saint qu’il enverra sur la terre pour continuer son œuvre. Par Jésus nous découvrons que Dieu n’est pas un être lointain et solitaire, mais bien une communion de trois personnes réunies par la même nature et par le même amour.

N’est ce pas ce que nous professons dans le Credo, le «Je crois en Dieu… » ? Dieu le Père a envoyé son Fils unique, dit l’Evangile, pour notre salut, il a souffert la Passion et il est mort. Il a été enseveli, jusqu’au matin de Pâques : il est ressuscité des morts. Puis il a donné mission à ses disciples de parcourir la planète Terre, de donner le Baptême à tous les peuples au nom de ces trois personnes, le Dieu trine: le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Lorsque Dieu créa l’homme, il dit: «Faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance». Dieu est famille de trois personnes : ainsi en est-il de la famille humaine, il y a le père, la mère et l’enfant. Les trois personnes sont distinctes, différentes, mais elles ne forment cependant qu’un foyer, uni par la même nature humaine, la même vie, le même amour mutuel.

Dieu-Amour reste donc ce modèle du foyer. Accueillons donc ce message de ce jour. Nous voilà appelés à une vie de communion. Accueillir ce Dieu–communion, surtout dans l’Eucharistie, c’est entrer dans un échange où chaque personne se reçoit pour se donner. Saint Augustin nous l’a rappelé: «Deviens ce que tu reçois»

- Communier à la Trinité veut dire alors communier à nos frères humains, les accueillir, tels qu’ils sont, dans leurs différences, ne pas les juger, ne pas les classer, ne pas les cataloguer.
- Communier à la Trinité, c’est recevoir la tendresse, la douceur, la bonté de ce Dieu tendre, lent à la colère, plein d’amour et de vérité, de fidélité c’est  nous tourner sans cesse vers le Père qui nous donne de devenir fils, filles de Dieu.

Amen !

Prière universelle

Entends nos appels et sauve-nous

Béni sois-tu, Seigneur, pour ta sagesse et ton amour.
Pour que l'Eglise ait l'audace d'annoncer au monde la vraie joie,
Pour Clara et Soamalala, appelées à être lumière du monde, en recevant le baptême lors de la vigile de la Pentecôte
Pour les catéchistes, témoins de l'Evangile,
Ensemble nous Te prions. /R

Béni sois-tu, Seigneur, pour l'espérance que tu déposes en nous.
Face aux pauvretés qui sévissent autour de nous et qui se sont aggravées en ce temps de crise sanitaire, nous ne pouvons rester indifférents ; sachons agir avec l'aide de l'Esprit Saint, 
Ensemble nous Te prions /R

Béni sois-tu, Seigneur, pour la foi qui nous fait vivre.
Pour les familles unies dans l'amour, pour toutes les mamans que nous fêtons ce week-end et en particulier les plus fragiles, 
Et aussi pour toute notre communauté, pour tous les jeunes qui cherchent leur vocation dans un avenir incertain,
Ensemble, nous Te prions /R


Une pensée pour le dimanche de la Pentecôte

Une pensée pour le dimanche de la Pentecôte

par le Père Jean-Baptiste Thibaut

Textes du jour : Gen 11,1-9 ;Ac 2, 1-11 ; 1 Co12, 3b-7.12-13 ; Jn 20, 19-23
https://www.aelf.org/2020-05-31/romain/messe

Voici que cinquante jours se sont écoulés depuis la Résurrection. Aujourd’hui, nous vivons un nouveau départ. Ceux qui viendront à la Messe de Vigile à Plaine Fleurie entendront en première lecture le récit de la tour de Babel. Dans ce passage, les hommes se rassemblent pour construire une tour. Par leurs prouesses technologiques, ils entendent égaler et surpasser Dieu. Celui-ci les disperse en créant les langues qui deviennent un obstacle à la compréhension…

Cet obstacle est dépassé à la fête de la Pentecôte quand le Saint Esprit descend sur les apôtres et permet à ceux qui sont rassemblés à Jérusalem de les comprendre quelle que soit leurs langues. L’Esprit donne à chacun le sens de la Parole que Dieu inspire aux apôtres. Nous sommes donc nous aussi invités à recevoir le Saint Esprit pour comprendre ce que Dieu veut nous dire.

La première lettre aux Corinthiens nous invite quant à nous laisser « désaltérer » par l’Esprit, Lui qui est aussi garant de l’unité du Corps du Christ qu’est l’Eglise. En cette période de déconfinement partiel, nous pouvons demander à l’Esprit Saint de nous garder dans l’unité alors qu’il n’est pas encore facile de nous retrouver. En ce jour où Clara et Soamalala deviennent par leur baptême membre du Corps du Christ, nous pouvons nous réjouir de la croissance de ce Corps-Eglise…

Rendons tous grâces pour le baptême d’eau et d’Esprit qui fait de nous des frères et sœurs du Christ envoyés dans le monde pour témoigner de ce cadeau de Dieu.

Prière universelle

Seigneur, donne-nous ton Esprit pour bâtir ton Royaume

Père, au nom de Jésus, envoie ton Esprit de lumière, Seigneur, pour ton Eglise à travers le monde, en particulier là où les chrétiens sont menacés et persécutés, nous t’en prions. /R

Père, au nom de Jésus, envoie ton Esprit de force sur les populations dont les pays n’assurent plus la sécurité ou la subsistance, et qui, en conséquence, sont amenées à s’exiler au risque de leur vie, nous t’en prions. /R

Père, au nom de Jésus, envoie ton Esprit de tendresse et d’espérance sur les personnes qui souffrent pour des raisons de santé, et pour ceux qui ne trouvent pas de sens à la vie et qui peuvent être tentées par des gestes désespérés, nous t’en prions. /R

Père, au nom de Jésus, envoie ton Esprit de conseil sur nos dirigeants qui, en cette période de grande incertitude, ont des décisions lourdes de conséquences à prendre, nous t’en prions. /R

Père, au nom de Jésus, envoie ton Esprit de joie sur notre communauté réunie au nom du Christ, pour que ses membres répondent à ton appel à témoigner de ton Evangile, nous t’en prions. /R