image
image

Un déconfinement à la lumière de la Création

(par le père Patrick Gaso)

 

Chers amis,

Au début de ce temps très particulier d’une réadaptation progressive, nous sommes invités à nous interroger sur nos responsabilités pour protéger ensemble notre Maison commune. Le Pape François nous propose de vivre « une semaine Laudato Si’ » entre le 16 et le 24 mai, et célébrer le 5e anniversaire de l’encyclique.

Cette crise sanitaire a bouleversé plus de la moitié de la planète ! Nous sentons bien que cette crise que nous vivons doit être une opportunité majeure pour avancer dans la conversion écologique, de repenser ensemble et de manière articulée : le rapport à soi, le rapport à autrui, le rapport à la nature et le rapport à Dieu. La relecture de l’encyclique Laudato Si’* nous donne une excellente base de réflexion pour le faire.

Or les solutions ne sont pas évidentes à trouver et à mettre en place du fait notamment de la grave crise sociale, économique et existentielle. Avant de nous lancer dans des propositions concrètes, il nous semble nécessaire de nous donner un temps de discernement individuel et collectif, pour bien identifier les actions à mettre en place.

Au moment où nous allons vivre l’Ascension et la Pentecôte (peut-être célébrer ensemble), nous devons demander que l’Esprit Saint nous éclaire.

Notre Paroisse est pleinement engagée dans cet appel et cette réflexion.

Nous serions très heureux de vos retours, propositions, questions…

N’hésitez pas à nous écrire (et même rejoindre l’équipe) : eglise.verte@NDEsperance.com

Bien en communion en cette reprise progressive,

Amicalement,

+ Patrick GASO                  


- Appel du pape François à participer du 16 au 24 mai à la semaine Laudato Si’ : Vidéo ici !

* Laudato Si’ (Loué sois-tu) est la seconde encyclique du pape François. Le titre reprend une formule extraite du Cantique des créatures de saint François d’Assise

Laudato si o me Signore - Louez sois-tu Seigneur du monde (Chant de la communauté du Chemin Neuf Inspiré de St François d'Assise)

 

 

Découvrir l'encyclique Laudato Si'

Laudato si : chérir les liens, soigner la terre, célébrer la vie !

(par Jean-Jacques Brun, paroissien)

 

L’encyclique Laudato si’ fait partie de ces grands textes dont l’importance ne se mesure qu’au scintillement de toutes les étoiles qui se sont allumées dans l’obscurité de notre monde fracturé et désabusé. En effet pour le pape : « le monde est plus qu’un problème à résoudre, il est un mystère joyeux que nous contemplons dans la joie et la louange » ; « Pour le croyant le monde ne se contemple pas de l’extérieur mais de l’intérieur, en reconnaissant les liens par lesquels le Père nous a unis à tous les êtres » (LS n°220).

Cinq ans après sa parution tant d’étoiles clignotent partout qu’il nous est permis d’espérer qu’un monde plus fraternel et plus sobre va pouvoir s’instaurer. Des chrétiens de plus en plus nombreux s’engagent pour le « respect de la création ». Cette dynamique s’est manifestée en France par les Assises chrétiennes de l’écologie dont celles de 2015, qui ont regroupé
plus de 2 000 personnes pendant trois jours à Saint-Etienne ; toutes les journées de prière pour la création qui se sont multipliées un peu partout selon des formats riches et variés ; mais aussi la mise en place du label Eglise verte, qui mobilise actuellement plus de 400 communautés.

L’écologie intégrale n’est donc pas un programme politique classique. C’est avant tout un chemin de conversion individuel et communautaire. En effet l’adoption de styles de vie individuels et collectifs soucieux de la sauvegarde de notre maison commune implique des décisions de mobilité, d’épargne, de rapport au travail, à la publicité, à la technique. Tout cela modifie nos vies encore plus que nos gouvernements. Mais tout cela n’est rien sans une conversion des cœurs qui est appel à privilégier les liens, le prendre soin, à vivre la gratitude et la gratuité dans le respect de la vie donnée.

Jean-Jacques Brun, Grenoble 15/05/2020              

Sixième Dimanche de Pâques - 17 Mai 2020

 

Viens, Esprit de Sainteté, viens, Esprit de lumière

Viens, Esprit de sainteté - YouTube         Viens Esprit de sainteté, viens, Esprit de lumière

         R. Viens, Esprit de sainteté,

         viens, Esprit de lumière,

         Viens, Esprit de feu,

         viens, nous embraser.

 

         1. Viens, Esprit du Père, sois la lumière,

         Fais jaillir des cieux ta splendeur de gloire.

                             2. Viens, onction céleste, source d'eau vive,

                             Affermis nos cœurs et guéris nos corps.

3. Esprit d'allégresse, joie de l'Eglise,

Fais jaillir des cœurs, le chant de l'Agneau.

                             4. Fais-nous reconnaître l'amour du Père,

                             Et révèle-nous la face du Christ.

5. Feu qui illumines, souffle de la vie,

Par toi resplendit la croix du Seigneur.

                             6. Témoin véridique, tu nous entraînes

                             A proclamer : Christ est ressuscité !

 


PRIÈRE D'OUVERTURE (6° dimanche de Pâques)

Dieu tout-puissant, accorde-nous, en ces jours de fête,

de célébrer avec ferveur le Christ ressuscité :

que le mystère de Pâques dont nous faisons mémoire reste présent dans notre vie et la transforme. 

           Par Jésus Christ ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui règne avec Toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles et des siècles.

                  — Amen.


A la messe, les chrétiens écoutent la Parole de Dieu

(une petite histoire par le père Sante Pometto)

Avec la Bible, c’est Dieu qui nous parle. L’entendre ne suffit pas, l’écouter ne suffit pas. La Parole doit entrer dans notre coeur comme une nourriture. Elle doit rejoindre notre vie comme une lumière.

Histoire :

Une jeune maman préparait le repas et était très concentrée sur ce qu’elle faisait. Giulia âgée de 4 ans, avait envie de raconter à sa maman ce qu’elle avait fait à l’école. La maman répondait par « oui », « non ». La petite fille lui tira la jupe plusieurs fois. La maman ne réagissait toujours pas. Alors Giulia lui tira avec force la jupe et la maman fut obligée de s’abaisser… la fillette lui prit le visage avec ses deux petites mains et lui dit : « Maman, écoute moi avec les yeux ».

Ecouter quelqu’un avec les yeux veut dire : « tu es important pour moi ». Essayons de penser combien notre attention est importante quand Dieu a quelque chose à nous dire…image


L'Évangile de ce dimanche

 

Alléluia. Alléluia.

Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur ;
mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui.

Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 15-21

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.


Homélie du 6ème dimanche de Pâques

(par le père Xavier Brac de la Perrière)

 
Sixième dimanche de Pâques
17 mai 2020
1ère lecture : Actes des Apôtres 8, 5-8.14-17
2ème lecture : Première lettre de Saint Pierre 3, 15-18
Évangile : Jean 14, 15-21
 

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père…

Jésus s’adresse à ses disciples avant d’être arrêté et de mourir sur la croix. Certes, il ressuscitera, mais il ne restera plus longtemps avec eux. Il va retourner vers son Père pour nous préparer une place.

Notre difficulté est de concevoir la présence de Jésus au ciel et en même temps sa présence parmi nous.

Dans l’Évangile d’aujourd’hui une phrase de Jésus peut nous donner un premier éclairage :

D’ici peu de temps vous ne me verrez plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez ainsi.

La présence de Jésus n’est plus celle des quarante jours entre sa Résurrection et son Ascension, et encore moins celle d’avant la Résurrection. Elle n’est plus « physique », elle n’est plus accessible par nos sens. Aujourd’hui, comme du temps des premiers chrétiens, nous ne pouvons plus voir Jésus avec nos yeux de chair. Nous ne pouvons plus toucher Jésus avec notre corps comme pouvait encore le faire saint Thomas. Nous ne pouvons plus entendre Jésus avec les oreilles de notre corps.

Cela prouve-t-il que Jésus n’est pas présent parmi nous ? Bien sûr que non ! Cela veut-il dire que notre foi ne doit être qu’intellectuelle ? Non. Jésus dit :

…vous, vous me verrez vivant, … il dit aussi : Celui qui m’aime… moi aussi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui.

Même si nous ne pouvons plus accéder à Jésus par nos propres sens, sa présence n’en est pas moins réelle. Et pour accueillir cette réalité, Jésus annonce à ses disciples l’envoi de l’Esprit Saint. Dans ce passage d’aujourd’hui, il le nomme « le Défenseur » mais aussi « l’Esprit de vérité ».

… Vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous, et qu’il est en vous. Jésus ajoute aussitôt : Je ne vous laisserai pas orphelin ; je reviens vers vous.

Voilà, Jésus revient vers nous par l’Esprit Saint. C’est par l’Esprit Saint que Jésus se fait connaître et aimer. C’est grâce à l’Esprit de Vérité que notre foi peut s’appuyer sur la réalité du Christ ressuscité.

Dans l’Ancien Testament, les prophètes avaient déjà annoncé cette venue de l’Esprit. Par exemple, le prophète Isaïe avait annoncé qu’il reposerait d’abord sur le Messie :

« Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur. »

Quand Jésus sera baptisé par Jean le baptiste, le Saint Esprit, descendant comme une colombe, signifiera clairement l’accomplissement des prophéties : Jésus est bien celui qui doit venir, le Messie, le Fils de Dieu. Conçu par l’Esprit Saint, Jésus réalisera avec Lui toute sa vie et toute sa mission. Et plusieurs fois Jésus annoncera une effusion de l’Esprit Saint après son retour vers le Père. Si Jésus a l’Esprit Saint en Lui c’est pour le communiquer au peuple juif et à tous les hommes.

Dans la première lecture, des gens de Samarie ont accueilli avec beaucoup de joie la Parole de Dieu. Les Apôtres, ayant appris cela, vinrent de Jérusalem et leur imposèrent les mains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint. Par la suite, l’Église verra dans ce geste de l’imposition des mains l’origine du sacrement de la Confirmation. Le pape Paul VI dira que « ce sacrement achève la grâce du baptême et perpétue la grâce de la Pentecôte. »

Le Concile Vatican II déclare dans sa constitution « Lumen gentium » :

« Par le sacrement de Confirmation, le lien des baptisés avec l’Église est rendu plus parfait. Ils sont enrichis  d’une force spéciale de l’Esprit Saint et sont ainsi obligés à répandre et à défendre la foi par la parole et par l’action en vrais témoins du Christ. »

À quelques jours de la Pentecôte, il est bon de rappeler l’importance de ce sacrement qui parfait le Baptême. Bien des chrétiens se sont construit une foi très personnelle, prenant leur distance avec l’Église, oubliant qu’ils doivent témoigner de leur foi, celle reçue de l’Église, et qu’ils doivent fructifier ce qu’ils ont reçu.

Pour nous préparer aux fêtes de l’Ascension et de la Pentecôte je vous propose de méditer cette phrase de saint Pierre, entendue dans la deuxième lecture ; elle est toujours actuelle :

Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous.  

Amen.

 Père Xavier Brac de la Perrière                 


Prions !

(Intercessions par Isabelle Ferriere)

 

Celui qui guide la prière dit :  Prions le Christ, notre vie et notre résurrection 

 R/  Sûrs de ton amour et forts de notre foi, Seigneur, nous te prions

 - Envoie ton Esprit, Seigneur, sur les ministres de ton Eglise, afin qu’ils te célèbrent en tout temps et qu’ils transmettent la joie de la prière.

Nous t’en prions.

- Envoie ton Esprit de vérité, Seigneur, sur tous tes enfants, afin que ta Parole retentisse en leur cœur et qu’ils sachent, à leur tour, témoigner et vivre de ton amour.

Nous t’en prions.

 - Envoie ton Esprit de force, Seigneur, sur nos gouvernants et tous les hommes qui se mettent au service de leur frères dans la douceur et le respect. Qu’en ces temps difficiles, chacun ait le souci de l’autre et d’une vie meilleure.

Nous t’en prions.

 - Envoie ton Esprit de paix et de miséricorde, Seigneur, sur tous les oubliés de la vie, sur ceux qui vivent dans la maladie, la peur ou le désespoir. Qu’ils trouvent sur le chemin une main tendue, un regard…

Nous t’en prions.

                              ... Intentions libres ...
 
Puis :  Notre Père, qui es aux cieux, ...
 

Aidons notre paroisse avec une quête :

https://www.diocese-grenoble-vienne.fr/nde_laquete.html

Méditation : Choisir la vie !

(par le père Daniel Ramanatsitohaina)

 

            L’apparition surprenante du coronavirus est une situation sans précèdent qui fait peur et déstabilise tout le monde. Le monde est malade. Beaucoup de personnes ont trouvé la mort. On mène une bataille contre un ennemi invisible. Certains acteurs de la santé et de la sécurité sont fatigués, découragés, désespérés. L’adversaire insaisissable surpasse l’endurance humaine. Les consignes de lutte « protéger, tester et isoler » nous font prendre une option vitale à notre existence : choisir la vie.

            Le Pape François nous invite à retourner vers Dieu en prenant la version de Saint Paul « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » 2 Cor 5.  Nous sommes toujours dans le temps de Pâques, et le mystère pascal est le fondement de notre conversion. Réconciliation n’est autre que Conversion. Nous sommes invités à une conversion permanente, celle de « retourner à Dieu ». La conversion elle-même est déjà victoire sur la mort, sur les péchés. De la conversion à la résurrection, nous marchons sur un chemin d’espérance qui mène à la vie. Choisir Dieu, retourner à Dieu, c’est choisir la vie, c’est la résurrection. Se décider de prendre le chemin de Dieu, vivre la grâce de Pâques, vaincre la mort, triompher sur les péchés, c’est choisir la vie.

            Le plus grand problème de l’humanité est la mort. Chacun est bouleversé par cette pandémie. On a peur de mourir. Si on prend l’option de choisir la vie, on prend en tout premier lieu Dieu. La grâce de Dieu nous nous incite à prendre les dispositions de protection contre ce virus. Alors choisissons la vie.

            Suivons l’exemple de Marie, elle avait accepté avec foi et espérance de porter en elle la Vie, c’est-à-dire Jésus Christ. Elle nous invite à « Choisir la vie » : c'est-à-dire une vie d'amour auprès de Jésus crucifié et Jésus ressuscité. Concrètement, choisir la vie c'est choisir une vie de chrétien, avec volonté et sans tiédeur : la prière quotidienne fervente, la charité envers les autres, le profond respect des commandements de Dieu.

            Marie intercède pour nous. C'est nous tous qu'elle invite à cette mission. Elle nous appelle, de tout temps, à chercher comment réagir en croyants afin que l'épreuve ne brise pas les frères et sœurs en humanité : il s'agit donc d'agir chrétiennement, avec foi et espérance.

            En ce moment difficile, face à cette maladie du monde, à la mort, nous pouvons trouver la possibilité de nous approcher près de Dieu, de nous aimer comme le Christ qui nous a aimés. Jésus est notre espérance. De la croix apparaît l’espérance, de la mort surgit la vie. Par Sa résurrection d'entre les morts, Jésus a prouvé qu'Il est amour et éternellement le Vainqueur de la mort. Il est sorti du tombeau, Il est vraiment le seul Sauveur du monde.

            Nous confions à Dieu par Jésus Christ, par l’intercession de la Vierge Marie, ce temps d’épreuves que nous traversons. Nous portons dans nos prières les familles, les paroissiens, les malades, les victimes, les soignants et surtout ceux et celles qui se dévouent à chercher des médicaments afin d’éradiquer cette pandémie. Vivons la résurrection du Christ, choisissons donc la vie.

+ Daniel Ramanatsitohaina              


https://www.diocese-grenoble-vienne.fr/ndesperance.html

Mai, c'est le mois pour honorer la Vierge Marie

 

Deux chants pour la Vierge Marie :

"Regina Ceali", ou

"Réjouis-toi, Ô Mère du Sauveur"

tout deux ci-dessous (pour voir les paroles, cliquer sur les bandes / accordéons bleus)

Le chant "Regina Ceali" avec les paroles dans l'accordéon ci-dessous

Regina CealiRegina Cœli, laetare, alleluia
quia quem meruisti portare, alleluia.
Resurrexit, sicut dixit, alleluia.
Ora pro nobis Deum, alleluia. 

V. Gaude et laetare, Virgo Maria, alleluia.
R. Quia surrexit Dominus vere, alleluia.

Traduction en Français 

Reine du ciel, réjouissez-vous, alléluia
car Celui que vous avez mérité de porter dans votre sein, alléluia
est ressuscité comme Il l'a dit, alléluia
Priez Dieu pour nous, alléluia.

V. Soyez dans la joie et l'allégresse, Vierge Marie, alléluia.
R. Parce que le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.

Le chant "Réjouis-toi, Ô Mère du Sauveur" avec les paroles dans l'accordéon ci-dessous

L’Acathiste ou l’Hymne acathiste ou l’Acathiste à la Mère de Dieu (en grec : O Ακάθιστος ύμνος) est une hymne composée en l’honneur de la mère de Jésus Christ, parmi les plus célèbres de la liturgie chrétienne. On dit aussi Les Salutations (en grec Chérétismi) pour désigner l’office durant lequel l’hymne est chantée.

Une hymne acathiste est littéralement une hymne que l’on chante et prie debout (acathiste, en grec moderne signifie « non assis »). Le premier des acathistes, le plus connu et archétype de tous les autres, est l’Acathiste à la Mère de Dieu. C’est un chant d’action de grâces composé en l’an 626.

Réjouis-toi, rayonnement de joie,
Réjouis-toi, par qui le mal a disparu,
Réjouis-toi, tu relèves Adam de sa chute,
Réjouis-toi, par toi Ève ne pleure plus.
 
Réjouis-toi, montagne inaccessible aux pensées des hommes,
Réjouis-toi, abîme impénétrable même aux anges,
Réjouis-toi, car tu deviens le trône et le palais du roi,
Réjouis-toi, porteuse de Celui qui porte tout.
 
Réjouis-toi, étoile annonciatrice du soleil levant,
Réjouis-toi, par qui Dieu devient petit enfant,
Réjouis-toi, car tu renouvelles toute créature,
Réjouis-toi, en toi nous adorons le Créateur.
 
Réjouis-toi, mystère de la Sagesse divine,
Réjouis-toi, foi de ceux qui prient en silence,
Réjouis-toi, qui as part aux miracles du Christ,
Réjouis-toi, miracle proclamé par les anges.
 
Réjouis-Toi, Ô Mère du Sauveur. Alléluia…
 
Réjouis-toi, échelle par qui Dieu descendit du ciel,
Réjouis-toi, pont conduisant au ciel ceux qui sont sur la terre,
Réjouis-toi, ton enseignement surpasse tout savoir,
Réjouis-toi, tu illumines l’esprit des croyants.
 
Réjouis-toi, par qui les cieux se réjouissent avec la terre,
Réjouis-toi, par qui la terre jubile avec les cieux,
Réjouis-toi, bouche silencieuse des apôtres,
Réjouis-toi, fermeté des témoins du Christ.
 
Réjouis-toi, qui rends inébranlable notre foi,
Réjouis-toi, qui sais la splendeur de la grâce,
Réjouis-toi, par qui l’enfer est dépouillé,
Réjouis-toi, qui nous revêts de gloire.
 
Réjouis-toi, Mère de la lumière sans déclin,
Réjouis-toi, Aurore du jour véritable,
Réjouis-toi, qu’illumine le mystère de la Trinité,
Réjouis-toi, allégresse de toutes les générations.
 
Réjouis-Toi, Marie comblée de grâce. Alléluia…
 
Réjouis-toi, Mère de l’Agneau et du Pasteur,
Réjouis-toi, bergerie de l’unique troupeau,
Réjouis-toi, qui nous libères des œuvres de ténèbres,
Réjouis-toi, tu nous ouvres les portes du Paradis.
 
Réjouis-toi, qui nous délivres de la mort et du tombeau,
Réjouis-toi, par qui le paradis s’entrouvre de nouveau,
Réjouis-toi, clé du Royaume du Christ et porte du ciel,
Réjouis-toi, espérance des biens éternels.
 
Réjouis-toi, rayonnement du Soleil véritable,
Réjouis-toi, éclat de la lumière sans couchant,
Réjouis-toi, toi qui illumines nos cœurs,
Réjouis-toi, flambeau portant la lumière inaccessible.
 
Réjouis-toi, toi qui fais couler des fleuves d’eau vive,
Réjouis-toi, image vivante de l’eau du baptême,
Réjouis-toi, coupe puisant la joie,
Réjouis-toi, vie de joie mystérieuse.
 
Réjouis-Toi, Ô Mère du Sauveur. Alléluia…

Source : https://youtu.be/DHrl-udzy8c