Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

 Année A  - 5 avril 2020

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 21, 1-11)

Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem, arrivèrent en vue de Bethphagé, sur les pentes du mont des Oliviers. Alors Jésus envoya deux disciples en leur disant : « Allez au village qui est en face de vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et son petit avec elle. Détachez-les et amenez-les-moi. Et si l’on vous dit quelque chose, vous répondrez : ‘Le Seigneur en a besoin’. Et aussitôt on les laissera partir. » Cela est arrivé pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète : Dites à la fille de Sion : Voici ton roi qui vient vers toi, plein de douceur, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d’une bête de somme. Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l’ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d’autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route. Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient criaient : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! » Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l’agitation, et disait : « Qui est cet homme ? » Et les foules répondaient : « C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Chant : Voici celui qui vient au nom du Seigneur

image

Les lyrics du chant :

Voici celui qui vient au Nom du Seigneur,
Acclamons notre Roi, Hosanna! (bis)


Portes, levez vos frontons.
Levez-vous, portes éternelles.
Qu'Il entre le roi de gloire.

Honneur et gloire à ton Nom,
Rois des rois, Seigneur des puissances.
Jésus, que ton règne vienne.

Exulte, ô Jérusalem,
Car voici venir ton Sauveur,
Ton Roi et ton Rédempteur.

Venez, rameaux à la main.
Célébrez celui qui vous sauve:
Aujourd'hui s'ouvre son règne.

Jésus, Roi d'humilité,
Souviens-toi de nous dans ton règne.
Accueille-nous dans ta gloire.

Première lecture - Lecture du livre du prophète Isaïe (Is 50, 4-7)

04 Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute.

05 Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé.

06 J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.

07 Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.

    – Parole du Seigneur.

Psaume(Ps 21 (22), 8-9, 17-18a, 19-20, 22c-24a)

R/ Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Ps 21, 2a)

Tous ceux qui me voient me bafouent,
ils ricanent et hochent la tête :
« Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre !
Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! »

Oui, des chiens me cernent,
une bande de vauriens m’entoure.
Ils me percent les mains et les pieds ;
je peux compter tous mes os.

Ils partagent entre eux mes habits
et tirent au sort mon vêtement.
Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
ô ma force, viens vite à mon aide !

Tu m’as répondu !
Et je proclame ton nom devant mes frères,
je te loue en pleine assemblée.
Vous qui le craignez, louez le Seigneur.

Chant : source https://youtu.be/GX_MsMCbhjc

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens (Ph 2, 6-11)

(05 Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus :) Le Christ Jésus,

06 ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu.

07 Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect,

08 il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix.

09 C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom,

10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers,

11 et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.

    – Parole du Seigneur.

Acclamation de l’Évangile

 

Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !

Pour nous, le Christ est devenu obéissant, jusqu’à la mort, et la mort de la croix. 

C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom. 

Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !

La Passion de notre Seigneur Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 26, 14 – 27, 66)

(Lecture brève)

11 On fit comparaître Jésus devant Pilate, le gouverneur, qui l’interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus déclara : « C’est toi-même qui le dis. »

12 Mais, tandis que les grands prêtres et les anciens l’accusaient, il ne répondit rien.

13 Alors Pilate lui dit : « Tu n’entends pas tous les témoignages portés contre toi ? »

14 Mais Jésus ne lui répondit plus un mot, si bien que le gouverneur fut très étonné.

15 Or, à chaque fête, celui-ci avait coutume de relâcher un prisonnier, celui que la foule demandait.

16 Il y avait alors un prisonnier bien connu, nommé Barabbas.

17 Les foules s’étant donc rassemblées, Pilate leur dit : « Qui voulez-vous que je vous relâche : Barabbas ? ou Jésus, appelé le Christ ? »

18 Il savait en effet que c’était par jalousie qu’on avait livré Jésus.

19 Tandis qu’il siégeait au tribunal, sa femme lui fit dire : « Ne te mêle pas de l’affaire de ce juste, car aujourd’hui j’ai beaucoup souffert en songe à cause de lui. »

20 Les grands prêtres et les anciens poussèrent les foules à réclamer Barabbas et à faire périr Jésus.

21 Le gouverneur reprit : « Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche ? » Ils répondirent : « Barabbas ! »

22 Pilate leur dit : « Que ferai-je donc de Jésus appelé le Christ ? » Ils répondirent tous : « Qu’il soit crucifié ! »

23 Pilate demanda : « Quel mal a-t-il donc fait ? » Ils criaient encore plus fort : « Qu’il soit crucifié ! »

24 Pilate, voyant que ses efforts ne servaient à rien, sinon à augmenter le tumulte, prit de l’eau et se lava les mains devant la foule, en disant : « Je suis innocent du sang de cet homme : cela vous regarde ! »

25 Tout le peuple répondit : « Son sang, qu’il soit sur nous et sur nos enfants ! »

26 Alors, il leur relâcha Barabbas ; quant à Jésus, il le fit flageller, et il le livra pour qu’il soit crucifié.

27 Alors les soldats du gouverneur emmenèrent Jésus dans la salle du Prétoire et rassemblèrent autour de lui toute la garde.

28 Ils lui enlevèrent ses vêtements et le couvrirent d’un manteau rouge.

29 Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne, et la posèrent sur sa tête ; ils lui mirent un roseau dans la main droite et, pour se moquer de lui, ils s’agenouillaient devant lui en disant : « Salut, roi des Juifs ! »

30 Et, après avoir craché sur lui, ils prirent le roseau, et ils le frappaient à la tête.

31 Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l’emmenèrent pour le crucifier.

32 En sortant, ils trouvèrent un nommé Simon, originaire de Cyrène, et ils le réquisitionnèrent pour porter la croix de Jésus.

33 Arrivés en un lieu dit Golgotha, c’est-à-dire : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire),

34 ils donnèrent à boire à Jésus du vin mêlé de fiel ; il en goûta, mais ne voulut pas boire.

35 Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort ;

36 et ils restaient là, assis, à le garder.

37 Au-dessus de sa tête ils placèrent une inscription indiquant le motif de sa condamnation : « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. »

38 Alors on crucifia avec lui deux bandits, l’un à droite et l’autre à gauche.

39 Les passants l’injuriaient en hochant la tête ;

40 ils disaient : « Toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu, et descends de la croix ! »

41 De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes et les anciens, en disant :

42 « Il en a sauvé d’autres, et il ne peut pas se sauver lui-même ! Il est roi d’Israël : qu’il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui !

43 Il a mis sa confiance en Dieu. Que Dieu le délivre maintenant, s’il l’aime ! Car il a dit : “Je suis Fils de Dieu.” »

44 Les bandits crucifiés avec lui l’insultaient de la même manière.

45 À partir de la sixième heure (c’est-à-dire : midi), l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure.

46 Vers la neuvième heure, Jésus cria d’une voix forte : « Éli, Éli, lema sabactani ? », ce qui veut dire : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

47 L’ayant entendu, quelques-uns de ceux qui étaient là disaient : « Le voilà qui appelle le prophète Élie ! »

48 Aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge qu’il trempa dans une boisson vinaigrée ; il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire.

49 Les autres disaient : « Attends ! Nous verrons bien si Élie vient le sauver. »

50 Mais Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l’esprit.

51 Et voici que le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas ; la terre trembla et les rochers se fendirent.

52 Les tombeaux s’ouvrirent ; les corps de nombreux saints qui étaient morts ressuscitèrent,

53 et, sortant des tombeaux après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la Ville sainte, et se montrèrent à un grand nombre de gens.

54 À la vue du tremblement de terre et de ces événements, le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus, furent saisis d’une grande crainte et dirent : « Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu ! »

       – Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie du Père Patrick Gaso

 

"Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur"
 
Année A - 5 avril 2020

 

        imageÀ la question : « Comment mieux comprendre le récit de la Passion ? »

 

(approfondir en cliquant sur les liens)

            Je vous invite, en premier lieu, à une lecture approfondie de la Lettre aux Philippiens, que nous lisons en deuxième lecture !

            Pouruoi ? La clef et le meilleur commentaire possible de la Passion, nous le trouvons dans l'admirable chapitre 2 de cette lettre de Paul aux Chrétiens de la ville de Philippe, (ville antique de Macédoine orientale – Grèce - , fondée par Philippe II en 356 av. J.-C).

         Il s'agit d'un hymne christologique* qui nous trace en quelques lignes un tableau grandiose de tout le mystère pascal que nous allons célébrer cette semaine.

         Il est très important pour nous de ne jamais perdre de vue tous les éléments de ce mystère pascal, qui comprend, inséparablement, la passion du Christ et sa Résurrection.

         Si Isaïe nous montre comment dans la passion, il (le Serviteur souffrant) « se laisse instruire », il subit et souffre. Saint Paul nous rappelle qu’Il (Jésus) s’est « abaissé ». Alors qu’il est de condition divine ! Il s'est dépouillé, il s'est anéanti, se faisant obéissant jusqu'à la mort sur la croix.

         Descendu de la croix – émouvante Pietà –, enseveli. « Tout est consommé ! », a-t-il dit.

         Et c'est, dit-il, précisément parce qu'il a renoncé à faire valoir tout droit, qu'il a pu tout recevoir comme don, et que le Père l'a ressuscité. ⇒ La Vie a vaincu la Mort !

          Dans notre liturgie chrétienne, nous ne célébrons jamais un Christ mort. Nous célébrons toujours le Christ ressuscité ! Lui, le Christ qui est passé par la mort, mais que le Père a ressuscité !

         Dans la foi, monté aux cieux, il est à la droite du Père et il intercède pour nous. Et c'est pourquoi ce mystère demeure toujours pour nous le fondement de notre espérance.

         Avec le Christ, c’est tout le peuple des souffrants, des découragés et des persécutés (et nous pourrions dire, des confinés) que nous cherchons à accompagner.

         Malgré nos propres croix que nous portons souvent avec difficultés, notre vie est précieuse et cette vie a un sens véritable, car Dieu lui-même nous redit sa valeur !

NE L’OUBLIONS PAS ⇒ IL A DONNÉ SA VIE POUR NOUS !

         Tout au long de cette Semaine Sainte (seul, en famille, en collocation…, mais toujours en communion les uns les autres !) suivons Jésus, le Messie, sachant que si ce chemin passe par le jardin de Gethsémani et le Golgotha, il conduit aussi au sépulcre ouvert du matin de Pâques.

            Ainsi soit-il

                     par + Patrick Gaso

* « hymne christologique » : un chant dans lequel toute l’attention est centrée sur les « sentiments » du Christ, c’est-à-dire sur sa façon de penser et sur son attitude concrète et vécue. (Audience Benoît XVI)

image

Suggestion de prière universelle

 
Seigneur, nous te prions ...
 
  • Prions pour tous les hommes, femmes et enfants de la terre ; qu’ils sachent que tu es à leurs côtés, même quand ils sont dans l’épreuve. Nous t’en prions particulièrement en ce temps de pandémie qui touche la planète entière.
  • Prions pour ton Église, qu’elle soit pour chacun le signe de ton amour toujours présent. Prions plus particulièrement pour notre évêque, notre curé, tous les prêtres, religieuses et religieux de notre paroisse, et tous nos amis qui nous manquent.
  • Prions pour tous les malades et pour les soignants. Seigneur, ne permets pas que la solitude, la peur et la fatigue leur fasse perdre espérance en ton amour infini.
  • Prions pour toutes les familles qui ont perdu un proche aimé, en particulier pour les défunts Mme Madeleine Salmon, Mme Edith Delmas et Mme Lucienne Ohannessian. Comble-les de ta miséricorde et apaise leur cœur.
  • Prions pour tous ceux dont nous sommes séparés, que ce temps de confinement soit aussi l’occasion de témoigner notre affection et de prier les uns pour les autres ; pour ceux qui vivent seuls, sans le secours d’êtres chers, Seigneur, viens au secours de leur possible détresse.
(texte en partie emprunter des ressources du site www.dominicains.com)
image
image
image

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen