Eglise catholique en Isère
Oecuménisme et relations avec le judaïsme
Don au Diocese de Grenoble Vienne

Oecuménisme

Chrétiens ensemble

Pourquoi tant de noms pour parler des chrétiens ?

Après la mort de Jésus, ceux qui croyaient en sa résurrection et lui restaient fidèles ont peu à peu été désignés par le nom de chrétiens, les chrétiens sont ceux qui disent que Jésus est le Christ.

Pendant les premiers siècles, cette nouvelle religion, le christianisme a essayé de se définir, à tâtons, elle a exprimé qui est Jésus, le Christ, le Messie, le fils de Dieu fait homme… Dans cette recherche il y a eu des étapes, où dans des assemblées qui réunissaient tous les évêques du monde connu, on a fait des choix et donné des affirmations concernant Jésus. Ces assemblées se nomment Conciles. Seulement chaque fois qu’une position était arrêtée certains n’étaient pas d’accord et parfois allaient jusqu’à la rupture avec la majorité. A ces premières divisions, qui furent plus ou moins durables, se sont ajoutés des problèmes politiques, de pouvoir, de culture, qui ont conduit à l’incompréhension, à la méfiance voire au conflit entre communautés.

 Aujourd’hui, quelles sont les grandes familles chrétiennes ?

Il y a les Eglises chrétiennes anciennes ou orientales qui trouvent leur origine dans les divergences théologiques des premiers siècles : par exemple, l’Eglise apostolique arménienne, qui a plusieurs paroisses dans le département. Ces dernières années, parce que nous avons dialogué, nous avons pu aplanir bien des malentendus avec cette Eglise et nous pouvons aujourd’hui dire que nous partageons la même foi.

Il y a la grande famille des Eglises orthodoxes . Les tensions entre chrétiens d’Orient et chrétiens d’Occident ont abouti à la rupture de 1054 où l’Eglise d’occident catholique romaine et l’Eglise d’Orient orthodoxe se sont excommuniées , rupture qui fut encore aggravée lors de la mise à sac de Constantinople en 1204 par les croisés. Plus récemment le communisme et son « rideau de fer » nous ont maintenu éloigné mais aujourd’hui le dialogue a repris, gestes fraternels, levée des excommunications, demandes de pardon, rencontres retissent le lien. Il y a 3 paroisses orthodoxes dans l’Isère.

Enfin il y a une dernière grande famille qui est issue d’un mouvement qu’on a appelé la Réforme qui a bouleversé l’Europe occidentale. Au XVI° siècle, Luther et Calvin, ont exprimé leur désaccord avec certaines pratiques de l’Eglise catholique. Leurs prédications attira des fidèles, le conflit théologique s’envenima et aboutit à l’excommunication de Luther. C’est ainsi que sont nées les Eglises protestantes. A cette même époque est née l’Eglise anglicane, sous l’influence de la Réforme protestante et pour des motifs politiques et personnelles du roi d’Angleterre.

Dans la famille protestante on trouve une autre grande famille : les Eglises évangéliques qui sont nées de mouvements de«  réveils » spirituels. Toutes ces Eglises sont présentes dans notre département. Rencontre et dialogue, fraternel et théologique, engagement social partagé, ont permis depuis un siècle des pas sur le chemin de la connaissance mutuelle et de la réconciliation.

L’histoire des chrétiens est une histoire de famille avec ses épreuves, ses alliances, ses ruptures, ses souffrances et ses joies. L’Unité de cette famille dépend beaucoup d’elle, de sa capacité à recevoir la Grâce de communion qui lui est donnée, de son désir d’aller à la rencontre de l’autre.

Martine Deschamps (mars 2009)