Réveillons la fraternité

Année de la diaconie 2019-2020

image

Dans sa lettre pastorale « Que devons-nous faire ? » de février 2019, notre évêque nous interpelle vivement : "Les personnes les plus fragiles sont le cœur de l’Eglise, elles sont Parole de Dieu pour nous ; sachons leur faire toute leur place".
En 2019-2020, toutes les communautés du diocèse sont invitées à vivre une année de réveil, une année de fraternité, une année pour la planète : une année : « Réveillons la fraternité ». Première étape de la mise en œuvre de la lettre pastorale.

Ecoutons ce que les pauvres disent de leur foi, écoutons ce que la planète nous crie, et osons nous transformer, nous convertir pour une écologie intégrale, qui prenne en compte ces deux clameurs (cf Laudato si), qui nous fasse redécouvrir l’Eglise comme : « fraternité » de croyants.

Christine Graven
Responsable du service diocésain Diaconie et Soin

image

DU COVID-19 A L’ECOLOGIE INTEGRALE

Réflexion de Thierry Magnin (version du 13 avril 2020)

A partir de la crise sanitaire en cours, avec en toile de fond le programme de 3 ans que la CEF a lancé en novembre 2019 sur la conversion écologique, je reprends ici des réflexions publiées depuis le début de l’épidémie de coronavirus en France et je fais des liens avec les perspectives de l’écologie intégrale du pape François dans Laudato Si.

La crise sanitaire a été rapprochée souvent de la crise écologique, notamment par ses causes et ses conséquences. Le signe le plus visible est sans doute la baisse spectaculaire des émissions de CO2, notamment dans les grandes villes, grâce à la non utilisation des voitures et des avions. Peut-on alors considérer la crise sanitaire comme une opportunité pour accélérer la nécessaire transition écologique ? Tout dépend de la manière dont on vivra « le jour d’après » : un retour au jour d’avant ou l’émergence d’un jour radicalement nouveau ? 

Elena Lasida

Voici de propositions de prières

Merci d’avoir semé dans le cœur de certains
Le don, le talent et la force de prendre soin.
Ce désir étonnant de remettre debout
Ceux que la maladie avait mis à genoux.
De celui qui nettoie à celle qui opère,
De celle qui rassure à celui qui transfère.
Tu as placé dans le cœur des soignants
Un trésor plus précieux que l’or et l’argent.
Mon Dieu, bénis ceux qui jour après jour
Affrontent la souffrance avec tant de bravoure.
Donne à nos soignants la force de tenir
Contre cette épidémie dont nous craignons le pire.
Donne à chacun de nous d’agir avec raison
Pour ne pas rendre impossible leur mission.
 



Seigneur Seigneur, où es-tu ?
Que se passe-t-il ?
Pourquoi une telle épidémie qui nous déroute ?
Seigneur, nous crions vers Toi,
 
De tous temps, les hommes dans la détresse se sont tournés vers Toi,
Toi qui as marché sur nos routes humaines, qui as connu nos détresses,
Qui as lavé les yeux des aveugles, guéri les plaies des lépreux, tu ne veux pas la souffrance, ni le malheur,
Seigneur, reste avec nous.
 
Par nos mains, Tu prends soin,
Par notre espérance, tu prends soin,
Par notre intelligence, Tu prends soin,
Par notre courage, Tu prends soin,
Seigneur, soutiens les malades,
 
Ces hommes et femmes, confiés au dévouement et à la compétence des soignants
Seigneur nous te prions pour les professionnels de santé qui se dépensent sans compter pour sauver la vie.
Ils ont le courage et l’espérance de ceux qui sont en guerre pour lutter contre cet ennemi invisible.
Aide chacun à respecter les consignes pour le bien de tous.
Que cette prière soit le signe de notre communion.
C’est en prenant soin les uns des autres que nous pourrons traverser cette épreuve.

" Ce soir, je me suis dit que j’avais envie de vous rendre hommage, de nous rendre hommage. A nous, les parents ayant un enfant handicapé.

Et c’est cette citation de Mark Twain qui me vient à l’esprit « ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils le firent »

On a tenu, on a tenu deux mois. On a tenu une heure à la fois, un jour à la fois. On a tenu. Et on va encore tenir !

Ça a été parfois difficile, voire très difficile. On a trébuché, on a failli parfois sombrer. On a aussi découvert en nous des réserves de patience et d’amour. On a découvert nos enfants, leurs capacités qu’on avait un peu oubliées, mais la réalité brute de leur handicap aussi. On était doublement confinés, confinés dans notre appartement et confinés dans le handicap ! On était englués dans la routine.  On était obsédés par la peur de tomber malade et de ne pas pouvoir s’en occuper. La vie qui nous portait s’est parfois étiolée, la source qui nous alimentait a parfois failli se tarir, mais on a tenu, et la vie est revenue.

On a parfois culpabilisé de ne pas y arriver, on a parfois culpabilisé de ne plus supporter leur handicap, leur lenteur, leurs idées fixes. Mais on a tenu avec eux, grâce à eux. Grâce à leur force de vie, grâce à leur force de lien et d’amour. On a tenu car on a cheminé à leur pas, on a accepté de se mettre à leur pas. Le temps ne comptait plus, on a buté contre leur lenteur, mais on a aussi, en s’y coulant, accepté leurs limites et accepté les nôtres. (Ou presque !) ; on a été surpris d’être capables de « ça » !

On n’a peut-être pas fait de grand rangement chez nous, on n’a pas lu de très nombreux livres, on n’a pas découvert des musées fabuleux sur internet, on n’a pas vu beaucoup de films, on n’a pas réfléchi à la différence entre le confort et le bonheur, on avait une longueur d’avance sur la question !  On a joué au UNO, on a fait des tartes aux pommes, on a donné du pain aux pigeons, on s’est levés la nuit, on a marché et marché encore.… 

On a beaucoup échangé avec nos familles, qui s’inquiétaient et nous portaient à distance. On a beaucoup échangé entre nous, et de savoir que nous étions plusieurs à vivre la même chose nous a aidé à tenir.

Alors ce soir, un peu avant 20h, allez sur votre balcon et applaudissez-vous ! applaudissons-nous. Et applaudissons nos enfants ! Soyons fiers de nous, soyons fiers d’eux !

Nous le méritons bien !

Et cette citation , attribuée par erreur à Camus ,vous envoie mon immense amitié

Au milieu de la haine, j’ai trouvé qu’il y avait en moi un amour invincible.

Au milieu des larmes, j’ai trouvé qu’il y avait en moi un sourire invincible.

Au milieu de chaos, j’ai trouvé qu’il y avait en moi un calme invincible.

J’ai réalisé, à travers tout cela, que, 

Au milieu de l’hiver, il y avait en moi un été invincible

Et cela me rend heureux.

 

Marielle et Christine chacune mère d'un jeune adulte avec handicap. 

Visitations dans la rue au temps du confinement

Depuis plus d’un an ont lieu des visitations de la rue tous les jeudis après-midi en centre-ville, qui consistent, sur un circuit préétabli, d’aller en binôme, au Nom du Seigneur, à la rencontre de personnes vivant dehors, afin de partager un moment simple et convivial. Avec le temps nos liens se sont fortifiés et nous sommes de plus en plus impatients de nous retrouver.

Soucieuse de prendre des nouvelles, nous souhaitions poursuivre nos rencontres pendant le confinement. Nous en avons reçu l’autorisation, dans le cadre de « l’assistance à personnes vulnérables ». Au départ nous ne savions pas très bien à quoi nous attendre et si nous allions trouver nos amis dehors, mais après de nouveaux repérages nous avons pu continuer nos visites chaque jeudi.

Nous sommes encore plus attendues que d’habitude, car avec le confinement il n’y a pas grand monde dans les rues, la bière coule à flot et « les manches » tournent au ralenties. La situation est dure.

Certains nous accueillent en nous appelant « nos sœurs de la rue », un autre en disant « je me suis dit on est jeudi… je crois que je vais avoir de la visite et je guettais » ou encore « venez, prenez place mes dames » et tous nous remercient de passer un moment avec eux et d’amener nos sourires. Et ils nous laissent de belles leçons de vie, d’entraide, de fraternité. Comme disait l’un : « nous autres à la rue on n’est rien… c’est vrai, eux tous ils sont bien plus intelligents que nous… mais nous, on est vivants. »

Nous rentrons de chaque visitation le cœur rempli de joie des différents échanges de paroles, de sourires, d’amitiés et attendons avec impatience le jeudi suivant, avec grande reconnaissance et gratitude. A se demander qui du renard ou du petit prince apprivoise l’autre ? mais un chemin de fraternité s’ouvre dans les cœurs.

Sandra Longo et Sr Véronique-Marie

La parole des personnes vivant avec un handicap.

 

Télécharger le témoignage (PDF)

Autres témoignages
  • " Le Seigneur est bon et il est Lumière; il nous donnera le bon sens des choses. " C.
  • " Le Seigneur nous aime malgré nos défauts; il ne laissera pas le bateau couler. Nous devons avoir de la patience, croire en Lui et Lui dire: "viens faire ta demeure en nous. C.
  • " Nous avons entièrement confiance en toi, Seigneur Dieu Tout-Puissant; tu es notre Espérance et notre accompagnateur idéal. " J.
  • " Le confinement m'a appris beaucoup de choses. Je m'écoute. Je prends le temps de faire des choses que j'aime et que je n'avais pas le temps de faire avant. en fait, c'est que je ne prenais pas le temps. "  B. 05/05/20
  • " J'ai le coeur de Jésus de plus en plus ... Je ne sais pas si c'est le confinement qui fait ça?... Le fait de prier sans cesse, être moins pollué par le "dehors" .... " M. 05/05/20
  • " J'ai peur de rester confiné, même quand le virus ne sera plus là. Parce que dans la vie, je suis seul. "  M. 05/05/20
  • " Je ne suis pas un pendu au téléphone. Je suis un pendu à Dieu. On peut avoir une ligne directe avec Lui, sans téléphone. Ça permet d'être confiant. " F. 
  • " Je prie tous les matins. A chaque fois que j'ai quelqu'un au téléphone, je prie pour lui. Le Seigneur aime ça, il nous a créé pour s'aimer les uns les autres. On doit porter en nous l’Évangile, dans l'amour et dans la paix. C'est important de donner le bon exemple, oublier les choses mauvaises, et donner des paroles de vie. Depuis que je suis avec le Seigneur, j'avance. " M. 09/04/20
  • " Les personnes avec handicap mental me font du bien dans cette période particulière. Elles ont l'habitue de vivre au jour le jour, et leur façon de penser habituelle m'aide à vivre ce moment. C'est elles qui me téléphonent pour prendre des nouvelles. C'est elles qui m'aident " A. 07/04/20
  • " J'ai retrouvé le temps ! " F. 02/04/20
  • " L'essentiel, c'est d'être en lien, d'être présent, d'être " à côté " ... comme on peut. " F. 02/04/20
  • " Je retourne à la prière. On remet le nez dans la Bible et ça fait du bien. On relit des choses qu'on avait peut être oubliées ... Il faudra penser à le garder ça , après ... " F. 02/04/20
  • " On a la confiance en Dieu. ça , on ne peut pas nous l'enlever! Alors on ne sera jamais complètement perdus. " N. 02/04/20
  • " Le confinement, je trouve cela très bien ! Il faut des maladies pour que ça réveille les gens dans l’amitié, la sociabilité. Les gens sont inventifs, c’est pas chacun pour soi, il y a ceux qui souffrent, ils sont avec les autres. Ça ressoude dans le pays, la preuve, on applaudit les infirmiers et tous ceux qui travaillent ; Moi, j’ai l’habitude d’être seul, d’ailleurs, je suis jamais seul, je prie, je fais un poker avec Dieu tous les jours, et je perds jamais parce qu’avec Dieu, on n’est jamais perdant. Il a donné sa vie gratuitement, il comble tout. Par exemple, j’avais rien à manger, j’ai appelé une voisine, elle m’a fait cuire des bonnes pâtes ! W. 2 avril 2020
  • " Ma rencontre avec Dieu est un miracle. Il y a aussi la miracle des rencontres qui permettent d'être dans une Eglise. Le confinement va me faire prendre plus conscience que mon coin de nature est une merveille. " F.
  • " Quand je suis angoissée, j'essaie de ne pas rester sur mes propres difficultés, de ne pas rester enfermée sur moi-même. Je pense aux soignants, aux malades .... Mais aussi aux éboueurs, aux caissières, aux fournisseurs d'électricité, à ceux qui nous permettent d'avoir internet .... A tous ceux qui nous permettent de vivre et je dis merci. " B.
  • " Il y a ce qu'on peut faire : rester chez soi, ne pas dévaliser les magasins, appeler ses voisins ou sa famille. Et puis il y a le reste pour lequel on ne peut rien, et ça on ne peut que l'offrir (à Dieu)." B.
image

Dans nos vies, peut-être avons-nous déjà fait l’expérience de ce Christ sauveur. Les personnes ayant l’expérience de la vie difficile, elles, le savent bien mieux que nous. Elles peuvent nous témoigner de chemin d’Evangile. Mais en cette période de confinement, nous faisons cette expérience commune... Nous reprenons conscience, de manière radicale, que nous sommes entre les mains du Seigneur.

image

Cette prière, composée avec des personnes en situation de précarité ou de fragilité accompagne notre année pastorale « Réveillons la Fraternité », à l’écoute de la clameur de la terre et des pauvres. Tout en nous gardant dans le réel de la vie, elle nous ouvre à une attitude de foi, à la vertu d’espérance, et à l’amour. Faisons nôtres ces mots et surtout la confiance en Dieu qu’ils expriment.                                                                                           Guy de Kerimel

                                                                                                                      Évêque de Grenoble-Vienne

 

 

 

Attention, fragiles ! Réveillons la Fraternité !

Seigneur, nous venons vers Toi, lourds de nos fardeaux

Accueille-nous dans ta chaleur, couvre-nous de ta tendresse,

Caresse nos fragilités, regarde nos vies compliquées

Décharge-nous de nos poids et affermis notre chemin

 

Seigneur, nous entrons dans ton jardin, pleins de confiance

Laisse-nous sentir le parfum de ton amour

Fais fleurir sur nos lèvres des mercis

Pour toutes les beautés de la Création

Et pour les chances que sont nos différences

 

Seigneur, nous te confions toutes nos initiatives de Fraternité

Réveille nos élans pour que chaque jour,

Nous tissions des liens vrais et durables entre nous

Dans le monde comme dans notre Église Diocésaine

Pour qu’aucun de ses membres ne se sente exclu

Pour que la parole de chacun soit entendue

 

Seigneur, emplis nos cœurs

De douceur et de fermeté pour que, toujours

Nous aimions la Terre et nos frères

Comme Toi, notre Dieu, Tu nous aimes

Le soir, la nuit, le matin et tout le jour.

 

Amen

 

 

Prière composée par un groupe de la diaconie de l’Isère

Composition naturelle et photo : Fabien Besson

image

A l'occasion des conférences de carême, S. Laure Blanchon est intervenue le 8 mars dernier, à la Cathédrale Notre Dame à Grenoble, sur le thème " Porter le Souci de l'autre. Vivre la fraternité " .

Retrouvez ici sa conférence, précédée d'une courte introduction du Père Faure.

https://youtu.be/HmRSWa31OT0

En une soixantaine de moments pris sur le vif qui sont autant de tableaux d'une même œuvre, le documentaire de Laurent Jarneau retrace avec sensibilité l'essentiel de ce qui a été vécu durant quatre jours dans la cité mariale à l'occasion du rassemblement Fratello organisé pour la Journée Mondiale des Pauvres (3ème édition) instituée par le pape François. C'est tout simplement beau.

Une vidéo du site officiel du Sanctuaire de Lourdes https://www.lourdes-france.org

Musiques : Additional Music by Scott Buckley https://www.scottbuckley.com.au/ Filaments / The Call / The Exodus / The Fury / Pursuit Creative Commons ‘Attribution 4.0 International’ (CC BY 4.0) License Additional Music by Tristan Lohengrin - The Golden Rise https://www.tristanlohengrin.com CC A License

 

Lien vers la vidéo.

https://youtu.be/HmRSWa31OT0
Agenda diocésain

Agenda complet