Paroisse Bienheureux Charles de Foucauld

Claix - Le Pont de Claix - Échirolles

L'image de la semaine

L'image de la semaine

Retrouvez en images une rétrospective du 1er semestre avec les moments forts de ce temps :

  • Le carême avec les midis carême qui ont permis de découvrir comment des paroissiens en activité vivaient leur foi au travail,
  • Les fêtes et solennités,
  • La démarche synodale,
  • Les matinées Charles de Foucauld, et des interventions diverses,
  • Et la canonisation de notre patron avec le pèlerinage à Rome !

 

 

 

.  

--------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Retrouvez nous également sur la page Facebook de la paroisse : https://www.facebook.com/Paroisse-Charles-de-Foucauld-109267880899452

Sur l’application Whatsapp de la paroisse, pour s’inscrire, mettre un message à paroissechdf@gmail.com

L'autre image de la semaine

L'autre image de la semaine

Souvenez-vous le 22 mai 2022, c’est l’équipe de l’aumônerie des collégiens qui animait la matinée Charles de Foucauld sur St Jean Bosco. Lors de cette rencontre, ces jeunes âgés de 12 à 14 ans ont également répondu à quelques questions. Voici le fruit de leur réflexion, nous vous conseillons de lire jusqu’au bout, rien n’a été censuré y compris le style télégraphique :

- Quels sont mes rêves ?

Etre actrice de cinéma, être professionnel de natation, professionnel de hand-ball, clarinettiste, même si on n'est pas sûr d'y arriver ! Devenir vétérinaire, architecte. Aller au Brésil. Réussir ma vie : avoir un métier, être en bonne santé, avoir des enfants. Avoir des amis de confiance

- Qu'est ce qui fait peur ?

Le changement climatique, l'extinction des espèces. La guerre en Ukraine, on se demande si ça peut arriver jusqu'à nous. La violence dans la société, les agressions.

- Qu'est ce qui me révolte ?

Le réchauffement climatique parce que les adultes n'ont rien fait et ne font rien.

Quand les personnes ne pensent qu'à elles

- Qu'est ce qui m'énerve chez les adultes ?

Ils pensent qu'à eux et pas à la planète. Quand ils nous critiquent et disent "les jeunes d'aujourd'hui…."

Quand ils nous rabaissent, on n'a moins d'importance qu'eux. Quand ils ne font pas confiance, par exemple, quand ils ne prennent pas de stagiaire dans leur entreprise. Quand ils nous rejettent la faute dessus. Parfois les parents nous énervent et ça énerve tout le monde.

- Qu'est-ce que vous appréciez chez les adultes ?

J'aime bien leur autorité. Quand ils nous aident, en nous éduquant. Quand ils s'occupent de nous.

- Qui est Dieu pour moi ?

Je ne sais pas. Je pense qu'il existe. Une force qui peut nous aider. Quelqu'un à qui on peut dire tous nos secrets. C'est un père. Quelqu'un qui est toujours autour de nous, qui veille sur nous

-  qu'est-ce que j'attends de la famille ?

C'est important pour se soutenir,

- Qu'est-ce que j'aime bien faire même si c'est nul ?

Les devoirs. Ranger ma chambre car je fais semblant d'aimer. Perdre du temps sur mon téléphone.

Regarder des films même s’ils ne sont pas supers

- Qu'est ce qui est le plus important pour moi ?

La famille et équitation. Que tout le monde soit en bonne santé. Dieu, la famille et les magasins. La famille. Que les gens que j'aime soient heureux. Que les animaux soient en bonne santé

 

Alors nos jeunes sont-ils hors du temps et superficiels ?

 

 

 

 

Pour toute question ou remarque : joindre l'accueil au 06.24.17.11.98 ou Anne-Marie : 07 67 14 80 86

 

 

image

 

A noter, la fête de Ste Monique, le 27 août

Voici quelques éléments sur cette sainte (source Nominis) :

 

C’est la mère de saint Augustin d'Hippone (✝ 387), un des pères et docteurs de l’Eglise.

Elle est née en Afrique du Nord dans une famille chrétienne, Monique est mariée très jeune à un notable païen de Thagaste, Patricius. Elle sera une épouse modèle pour ce mari infidèle et violent que sa douceur et son silence sous les reproches finiront par convertir. Elle a de lui trois enfants, dont le futur saint Augustin. Veuve en 371, elle se dévoue à ce fils qui semble "mal tourner". Tout d'abord, il vit maritalement avec une femme dont il a un fils. Mais le plus douloureux reste l'adhésion à la secte manichéenne, si opposée à la foi chrétienne. Que de larmes cet enfant coûte-t-il à sa mère. Des larmes importunes pour cet esprit libre. Pour y échapper, Augustin s'enfuit en Italie et Monique le rejoint à Milan où elle se met à l'école de l'évêque saint Ambroise. 

C'est alors qu'elle a la joie immense d'assister à la conversion et au baptême du fils chéri. Désormais elle ne sera plus un reproche vivant, mais une aide et même une disciple quand s'affirmera l'ampleur intellectuelle et spirituelle du futur Père de l'Église. Un soir, à Ostie, ils ont le bonheur de partager une expérience spirituelle intense qu'Augustin n'évoquera qu'à demi-mots dans ses "Confessions". Elle mourra quelques jours plus tard, mère comblée de ce fils qui l'avait tant fait pleurer.

 

 

 

   

Pour vous inscrire aux nouvelles hebdomadaires, cliquez sur le bandeau ci-dessous :

 

Cliquez ici pour recevoir la newsletter

L'agenda de la semaine