Notre Dame de Plaine Fleurie

Concert spirituel de Noël de la paroisse dimanche 16 decembre à 17 h à l’église de Notre Dame de Plaine Fleurie
Venez tous petits et grands chantez ou écouter des chants de Noël.
Un chocolat chaud sera partagé à la sortie.
Entrée gratuite .
Pour ceux qui veulent répétition samedi matin 15 decembre  à 9 h30 11 h 30 à l’église de NDPF

Ayant une activité sur le Relais de ND de Plaine Fleurie, vous êtes invité(e) à une soirée de présentation à notre Curé Jean-Marie Guillemot. Ce sera le jeudi 13 décembre 20h15-22h15, salle 5 de ND de Plaine Fleurie.

Notez dès maintenant cette date. 
Vous recevrez à la fin du mois le plan du déroulement de la soirée et le schéma pour organiser les présentations des différents groupes.

Votre présence est importante !
Bien à vous.
Le Père Genevay et l’équipe Relais

Dimanche 11 novembre 2018

Dimanche 11 novembre 2018

32ème dimanche temps ordinaire – B

(1R17, 10-16 ; Ps 145 ; He 9, 24-28 ; Mc 12, 38-44)

Nous sommes à quelques jours de la Passion de Jésus selon la chronologie de St Marc. Jésus enseigne dans l’enceinte du Temple et Marc dans cette page de l’Evangile oppose deux attitudes : ceux qui affichent leur piété, les scribes qui se font voir et la pauvre veuve qui fait l’offrande de sa pauvreté, de son indigence, comme nous dit l’Evangile.
Jésus avec ses disciples est assis en face de la salle du Trésor, c’est là que treize troncs sont disposés dans le parvis des femmes pour recevoir les offrandes des fidèles. A côté de ces troncs il y a les prêtres à qui il fallait indiquer le montant et la destination de l’offrande et qui déposaient l’offrande dans le tronc correspondant.
Perdue dans la foule des gens riches qui y mettaient de grosses sommes, une humble femme, une pauvre veuve attire l’attention de Jésus.
Elle appartient à la catégorie des plus défavorisés. En effet en Israël la situation des veuves était fort difficile dans une société où le droit était essentiellement masculin. Privées de mari, les veuves étaient sans protection et sans ressource.
Cette femme n’a versé que deux piécettes, les plus petites alors en usage, une somme apparemment dérisoire.
Pourtant Jésus, dans une déclaration solennelle à ses disciples ne peut retenir son émerveillement devant ce geste anonyme.
Les autres qui ont donné beaucoup plus ont pris sur leur superflu. Elle, elle a pris sur son indigence, elle a versé tout ce qu’elle avait pour vivre, elle a tout donné comme la veuve de Sarepta du temps d’Elie dans la première lecture.
En voyant cette pauvre veuve qui n’a presque rien à donner, Jésus regarde le cœur, le don réel qui mesure la générosité. Seuls ceux qui apprennent à regarder ainsi sauront discerner la vérité du Royaume.
En ce jour anniversaire dans la fin de la guerre de 1914, cette pauvre veuve de l’Evangile nous fait penser à toutes les veuves des soldats morts au combat, à toutes les victimes de la guerre, de toutes les guerres.
Et cette journée de commémoration de la fin de la guerre doit être une journée pour la paix.
Nous chrétiens nous savons que la paix vient de Dieu, nous savons que Jésus, prince de la Paix est venu réconcilier l’homme avec Dieu et réconcilier les hommes entre eux.
Par cette Eucharistie demandons à Jésus de faire de nous des serviteurs de la Paix, des serviteurs de l’Amour.      Amen

Homélie du père Pierre Genevay

 

PRIERE UNIVERSELLE (commune à tous les diocèses) 

(Introduction de la prière)
En ce dimanche, nous célébrons comme chaque semaine la résurrection du Christ. Nous célébrons la victoire de l’amour sur la haine, de la vie sur la mort, la paix que le Christ nous apporte. Et cette année nous nous souvenons qu’il y a 100 ans l’armistice était signé, la première guerre mondiale prenait fin, un avenir de paix s’entrouvrait.  
« La paix est l’objet du profond désir de l’humanité de tous les temps » disait le pape saint Jean XXIII

Nous élargissons notre prière : 
Refrain :Seigneur, fais de nous des artisans de paix, Seigneur, fais de nous des bâtisseurs d'amour

Seigneur,  nous te rendons grâce pour le don de la paix que tu nous fais. 
Nous te prions pour ton Eglise. Qu'à la suite de nos papes elle ait le souci de rappeler à tous combien il est important de faire circuler la parole pour trouver des solutions aux différents conflits dans le monde.
         Dieu de Miséricorde apprends nous les chemins de la fraternité et de la paix.

Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes de notre pays qui, au service de la paix, risquent aujourd’hui leur vie pour nos concitoyens. Nous nous souvenons des Poilus de la grande guerre.
Nous te prions pour celles et ceux qui ont été blessés ou tués dans des attentats ou sur des théâtres d’opérations extérieurs.
          Dieu de Miséricorde apprends nous les chemins de la fraternité et de la paix.

Seigneur nous te rendons grâce pour ceux qui acceptent des responsabilités politiques, économiques, sociales et syndicales. 
Nous te prions pour qu’ils aient toujours le souci du bien commun en vue de construire une société fondée sur la vérité, la justice, la charité.
          Dieu de Miséricorde apprends nous les chemins de la fraternité et de la paix.

Seigneur nous te rendons grâce pour les communautés chrétiennes qui se réunissent à travers le monde en ce dimanche. Elles sont à l‘écoute de ta Parole et partagent Ton Corps.
Et nous te prions pour que tous leurs membres soient des artisans de paix dans leur famille, leur travail, leur commune, au sein d’associations. 
             Dieu de Miséricorde apprends nous les chemins de la fraternité et de la paix.

(Prière de conclusion)
Aux appels de ton peuple en prière, réponds, Seigneur, en ta bonté : donne à chacun la claire vision de ce qu’il doit faire et la force de l’accomplir. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

image
31 ème dimanche temps ordinaire – B

Après l’étape à Jéricho et la guérison de l’aveugle né Bartimée, Jésus, dans son chemin vers sa passion et sa résurrection a fait son entrée triomphale, son entrée messianique à Jérusalem.
Dans l’enceinte du Temple il enseigne malgré ses adversaires qui le harcèlent sans répit : il a chassé les vendeurs du temple et a déjoué le piège au sujet de l’impôt à César.
Voici que s’avance  un scribe  qui a pour Jésus une opinion personnelle et qui interroge Jésus :" Quel est le premier de tous les commandements" ?  Question pertinente car à l’époque de Jésus les rabbins discutaient entre eux sur l’importance de tel ou tel précepte de la Loi. On recensait alors jusqu‘à 630 préceptes dans l’Ancien Testament. C’était un maquis touffu dans lequel les juifs pratiquants avaient du mal à se retrouver. Dans un tel contexte on comprend la question du scribe qui, de bonne foi, cherche un principe fondamental et unificateur de tous ces préceptes.
A cette question Jésus ne répond pas en citant les 10 Paroles, (les 10 Commandements) que Dieu a données à Moïse sur le Mont Sinaï.
Il commence par citer, ou mieux, par réciter la prière juive que tout juif récite le matin et le soir, qu’il inscrit sur les montants des portes de sa maison ou de ses villes, qu’il place sur son front ou sur ses bras dans ces petites boîtes que sont les téphillim.
C’est le schéma Israël, la prière du Deutéronome : « Ecoute Israël, le seigneur ton Dieu est l’unique. » Cette prière enracine le commandement qui en découle : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force ». C’est le rappel de l’initiative de Dieu en faveur d’Israël. Le Seigneur a daigné se faire notre Dieu dit le juif pieux et en réponse il est appelé à l’aimer.
Cette réponse aurait pu suffire à la question du scribe mais Jésus enchaîne aussitôt en citant une parole du Lévitique : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », avant de conclure mêlant le singulier et le pluriel pour mieux souligner leur unité fondamentale : « Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là ». C’est dans le rapprochement de ces deux commandements, dans le lieu indissociable entre l’amour de Dieu et l’amour du prochain que réside toute l’originalité de la réponse de Jésus, l’originalité de la nouvelle Alliance : l’Amour de Dieu ne peut s’exprimer que dans l’Amour du prochain. L’Amour du prochain trouve sa source dans l’Amour de Dieu.
St Jean dit cela dans sa lettre aux chrétiens : « Comment peux-tu aimer Dieu que tu ne vois pas si tu n’aimes pas ton frère que tu vois ? »
Et Jésus va encore plus loin : Aimer le prochain comme soi-même. S’aimer soi-même non pas par pur égoïsme mais parce que nous avons du prix aux yeux de Dieu, parce que, comme Jésus nous sommes enfants de Dieu.
Jésus est donc au cœur de cet amour. Fils du Père il répond à l’annonce du Père en aimant ses frères, en donnant sa vie pour eux.
C’est le sens de l’Eucharistie où Jésus perpétue ce don d’Amour et nous entraîne avec lui dans cet amour de Dieu et des frères. Amen

Homélie du père Pierre Genevay

 

Prière Universelle
« Le Seigneur Notre Dieu est l’unique Seigneur. »
Prions pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, tous témoins que Dieu est unique.

« Tu aimeras le Seigneur Ton Dieu ».
Prions pour ceux dont la foi chancelle devant les épreuves et qui attendent un signe pour se rapprocher de Dieu.

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »
Prions pour ceux qui n’ont jamais été aimés. Pour que nous ayons toujours à cœur de reconnaître les qualités et les compétences des autres, Seigneur, nous Te prions.

Nous voici sous Ton regard, Seigneur Notre Dieu ; puisque Tu lis jusqu’au fond de notre cœur, Tu sais notre désir de donner et notre peur de tout donner ; augmente notre confiance en Ton Amour, qui seul pourra nous ouvrir les mains.

image
Commémoration de tous les fidèles défunts

Tous les défunts de l’année de la paroisse ont été cités. 
Les personnes présentes ont pu déposer un lumignon en souvenir de leur défunt.

Extrait du livre du prophète Isaïe    Is 25, 6-10a
En ce jour-là, le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples un festin sur sa montagne.
Sur cette montagne, il fera disparaître le voile de deuil qui enveloppe tous les peuples 
et le linceul qui couvre toutes les nations.
Il fera disparaître la mort pour toujours.
Le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages, 
et par toute la terre il effacera l’humiliation de son peuple.
Le Seigneur a parlé.
Et ce jour-là, on dira : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ;
C’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés
»

image
Messe de la Toussaint (B)

Les textes de la Parole de Dieu que nous d’écouter sont riches d’enseignement. Nous avons d’abord contemplé dans cette vision de l’Apocalypse, dans cette révélation de St Jean, l’Amour de Dieu qui associe à sa joie, à sa fête, à sa gloire tous ceux et toutes qui vivent éternellement de son Amour.
Mais très vite nous nous sommes sentis concernés. St Jean dans sa lettre aux chrétiens nous rappelle que dès maintenant nous sommes sur le chemin de la joie de Dieu : nous sommes enfants de Dieu.
Et Jésus dans ce passage de sa Parole des Béatitudes donne le chemin du bonheur de Dieu.
Matthieu inscrit cette proclamation des Béatitudes au début du ministère de Jésus en Galilée, au bord du lac et les place dans ce discours sur la montagne, montagne qui rappelle le Sinaï, le lieu de l’Alliance.
A travers ces Béatitudes se dessine un visage, le visage de celui qui, le premier, a vécu l’Alliance nouvelle : Jésus, le ressuscité de Pâques, le saint par excellence.
Jésus est heureux d’accueillir ce Royaume, l’Amour du Père, ce Royaume qu’il attend de tout son cœur et pour lequel il va s’engager totalement.
Sa vie, ses actes, ses Paroles vont révéler en lui le pauvre, le doux, le miséricordieux, le cœur pur, l’artisan de paix.
Ces Paroles des Béatitudes sont lumières de Jésus.
En cette fête de tous les saints, nous regardons nos frères et nos sœurs qui nous ont précédés et qui ont répondu à l’appel de Jésus. Ils ont ouvert comme Jésus leur vie à l’Amour du Père et leur vie d’hommes et de femmes de cette terre a été transformée par l’Amour. Ils se sont laissés imprégner de la manière de Jésus, leur vie est devenue visage de Jésus.
•    Visage de celui qui ouvre tout son cœur dans la pauvreté.
•    Visage de celui qui est devenu douceur, non-violence.
•    Visage de celui qui dans sa détresse, dans ses pleurs sait trouver en Dieu l’espérance.
•    Visage de celui qui se bat pour la justice, justice entre les hommes mais surtout celui qui ajuste sa vie à celle du Père.
•    Visage de celui qui fait miséricorde et qui pardonne.
•    Visage de celui qui n’est que droiture.
•    Visage de celui qui fait la paix.
•    Visage de celui qui est persécuté et jusqu’en donnant sa vie est témoin de l’Amour.
Il y a 8 béatitudes -les 2 dernières n’en font qu’une car la 9ème a été rajoutée dans la Persécution.
Ainsi il y a 8 visages de Jésus, 8 lumières de Jésus.
Dans la tradition chrétienne le chiffre 8 est le signe du 8ème jour, le jour de Pâques. Ainsi les 8 béatitudes expriment le ressuscité.
Ainsi ces 8 béatitudes sont des appels à vivre en ressuscités, à devenir toujours visages du Ressuscité.
Il n’y a pas un modèle de saint comme il n’y a pas un modèle de vie. Chacun de nous tels que nous sommes est appelé à devenir visage du Ressuscité en se laissant toucher par l’Amour du Père.
La fête de la Toussaint avec les 8 Béatitudes nous met sur ce chemin, le chemin d’enfants de Dieu, le chemin du Ressuscité.
La fête de la Toussaint c’est notre fête de Pâques aujourd’hui. Amen

Homélie du père Pierre Genevay

 

Prière universelle  
« Voici le peuple de ceux qui te cherchent Seigneur »
En ce temps de synode des jeunes qui sont la force et la vitalité de l’Eglise,  confions les au Seigneur et surtout écoutons-les.
Prions pour l’Eglise qui souffre en ses enfants chassés de leurs pays, tués pour leurs idées.
Eglise qui souffre en ses victimes de violence sexuelle, qui souffre en ces 2 jeunes prêtres qui dans leur désespérance viennent de mettre fin à leur vie dans les diocèses de Rouen et d’Orléans. Pour eux, pour leurs familles, leurs paroissiens, leurs frères prêtres, prions le Dieu de miséricorde et de consolation ;
« En marche » selon la belle traduction de Chouraqui, « heureux » les disciples du Christ vers plus de fraternité entre laïcs et prêtres, conscients de nos grandeurs et de nos blessures à chacun. 
 

« Voici une foule immense, de toutes nations, peuples et langues »
L’évangéliste Jean, dans sa vision, nous assure que le salut vient de notre Dieu et de son Christ.
Prions pour le monde dans les douleurs d’un enfantement où vie et mort s’affrontent.
Prions pour les victimes innocentes de tant de violence au Yemen et ailleurs, pour tous ceux qui se sentent contraints de quitter leur pays.  
Pour le peuple brésilien déchiré par des options politiques contraires. 
Prions pour les victimes de la catastrophe d’avion ces derniers jours. 
« En marche » tous les artisans de paix qui oeuvrent à un monde plus humain où un jour vérité et justice s’embrasseront.
 

« La sainteté c’est la rencontre de ta faiblesse avec la force de la grâce » nous dit le pape François dans son exhortation à la sainteté »
Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse car la miséricorde du Seigneur nous accompagne et nous transforme sur ce chemin d’Amour.
Alors tous ensemble « En marche », bienheureux sommes-nous.

image
30ème dimanche du temps ordinaire

Jéricho est cette oasis au sud de Jérusalem, au milieu du désert de Jude, c’est un lieu historique. C’est la première ville de Canaan conquise au retour d’Égypte. C’est aussi le lieu de 2 rencontres étonnantes que l’Evangile nous a données : la rencontre de Zachée qui monte sur le sycomore et la guérison de l’aveugle Bartimée.

C’est la dernière étape de Jésus et de ses disciples dans cette marche, cette montée vers Jérusalem, après la troisième annonce de la Passion. Aussi dans ce contexte là il faut comprendre ce passage de l’Evangile en fonction de Pâques, en fonction de ce passage qu’est la Passion / résurrection de Jésus, passage à la Vie, passage à la lumière de Dieu. Regardons les personnages de cette page de l’Evangile. Il y a la foule, une foule nombreuse et les disciples qui suivent Jésus à la sortie de Jéricho. Les disciples sont avec Jésus sur ce chemin qui mène à Jérusalem. Jésus leur montre le chemin pour le suivre mais il a du mal à les arracher à leur aveuglement. « Vous avez des yeux et vous ne regardez pas… » « Vous ne savez pas ce que vous demandez » leur dit Jésus dans le passage qui précède.

Il y a l’aveugle : son nom nous est donné « Fils de l’Honorable ». Marc a retenu son nom pour que ses lecteurs vivent dans la réalité des faits. De plus Marc par 3 fois précise bien qu’il est aveugle, qu’il est contraint à vivre de la mendicité, de l’immobilité, de la marginalité. Il est assis au bord de la route. C’est un exclus. Il se contente d’entendre passer les pèlerins qui montent à Jérusalem… Il ne peut pas les suivre, il ne peut pas faire le pèlerinage. Ce n’est donc pas un bon Juif…

Enfin il y a Jésus.
L’aveugle le reconnaît = « Fils de David, aie pitié de Moi ». Il avait dû entendre parler de Jésus et ainsi il lance à qui veut l’entendre ce cri de foi et de confiance.
Et Jésus va faire intervenir ceux qui autour de Lui ne s’intéressent pas à l’aveugle : Appelez-le. « Confiance, lève-toi, il t’appelle »
Et c’est la rencontre de Jésus avec l’aveugle.
La réponse de l‘aveugle : Il jeta son vêtement : son seul bien 
Cf. « Laisse tous tes biens et suis-moi » et courut vers Jésus.
« Que veux-tu ? » « Que je voie » « Va ta foi t’a sauvé ».
« Va » : Jésus envoie. Il suivait Jésus.
« Ta foi t’a sauvé » : le salut : voir Jésus. Annoncé par la première lecture : retour d’exil, être avec Dieu.

L’aveugle est devenu disciple : c’est la découverte de Jésus. C’est l’illumination de la foi : Baptême.
Vie du disciple toujours à entretenir par les sacrements de la foi et pour l’Eucharistie.
Nous sommes comme l’aveugle au bord du chemin dans le doute, dans la nuit. Soyons attentifs aux petits riens mis sur notre route qui nous redonnent espérance : c’est Jésus qui passe.
Ouvrons nos yeux et aidons nos frères à ouvrir leurs yeux pour reconnaître la tendresse de Dieu pour chacun.

Homélie du père Pierre Genevay

image
Messe des familles

En ce 29ème dimanche du temps ordinaire, la messe des familles fait sa rentrée. 
La nouvelle équipe, repérable par ses foulards bleus, est heureuse de retrouver les enfants. 
Chaque 3ème dimanche du mois, nous allons redécouvrir un moment spécifique de la messe. Ce sera notre fil conducteur de l’année.
Cette année, la messe des familles sera aussi une messe paroissiale. N’hésitez pas à rejoindre l’équipe !
En cette journée des missions, la quête sera faite au profit des Œuvres Pontificales Missionnaires.

Avant la 1ère lecture, les enfants ont été invités à accompagner parents et animateurs dans les salles.
Après avoir fait connaissance, ensemble nous avons réfléchi à la signification du signe de croix, symbole de notre entrée dans la messe.

1ère lecture Is 53, 10-11
« Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs fautes »

Ps 32     « Oui, elle est droite la parole du Seigneur, Il est fidèle en tout ce qu’Il fait
        Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme notre espoir est en toi »

2ème lecture    He 4, 14-16
« Frères, en Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui a traversé les cieux »

Evangile    Mc 10, 35-45
“Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous »

image
28 ème dimanche temps ordinaire - Année B

Jésus marchant vers Jérusalem, vers sa Passion et sa résurrection vers l’aboutissement de son projet veut entraîner avec lui ceux qu’il rencontre. Il a déjà entraîné avec lui les apôtres, les 12, les 72 disciples et ici dans cette page de st Marc il veut entraîner ce jeune homme.
C’est un juif pieux qui cherche son chemin, qui cherche des points de repères pour conduire sa vie : « Bon maître que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? »
Déjà cette question était présente tout au long de l’Ancien Testament et au 1er siècle avant Jésus en mettant ses propos sur les lèvres du roi Salomon. Un juif cultivé a répondu à cette question en invitant à prier Dieu de nous donner sa sagesse, c’est-à-dire sa façon de voir les choses, le monde, les êtres et par là sa façon de vivre. La première lecture nous a donné la prière supposée du roi Salomon, demandant cette sagesse de Dieu qui surpasse toutes les autres richesses et qui est à la source de nouveaux biens.
    « J’ai supplié et l’esprit de sagesse est venu en moi
       A côté d’elle j’ai tenu pour rien la richesse
       Tous les biens me sont venus avec elle …
»
Le jeune homme qui vient se prosterner vers Jésus est lui aussi en quête de sagesse. Il a accompli les commandements de la loi mais du fond de son être il veut aller plus loin.
Jésus l’appelle. L’évangile nous dit qu’il posa son regard sur lui et l’aima. Et c’est la parole : « Va, vends ce que tu as … suis-moi ». Et le jeune homme ne répond pas. 
Nous comprenons ce geste, ce refus.
C’est dans la discussion avec ses disciples que Jésus éclairera le geste du jeune homme. « Pour les hommes c’est impossible mais pas pour Dieu ».
Le jeune homme s’en est tenu à la sagesse humaine.
Jésus nous apporte la sagesse de l’Evangile qui vient de la Parole de Dieu, parole vivante qui porte sa lumière au plus profond de nos cœurs. Jésus pose sur nous son regard, un regard d’Amour. Nous sommes appelés à nous laisser interpeler par sa parole, par son regard, parole exigeante mais qui nous fait mettre toutes les réalités à leur vraie place, à mettre Dieu à sa vraie place. 
Débarrassons-nous de tout ce qui nous encombre pour comprendre que l’amour est premier.
Soyons attentifs à ces appels de Dieu pour que toujours notre vie soit réponse à la Parole de l’Evangile.
(Homélie du P. Genevay)

 

Prière Universelle

1/ « J'ai prié et le discernement m'a été donné »
Seigneur donne-nous le désir d’une prière profonde qui nous relie à toi et au monde. 
Que ton Esprit de sagesse, éclaire chacun de nous en particulier et ensemble, pour comprendre et saisir avec sagesse les profonds enjeux qui bouleversent notre monde aujourd’hui. Enjeux politiques, sociaux, écologiques, éthiques….etc

2/« Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu »
Devant les scandales qui secouent notre Eglise, que cette douceur, ta douceur  nous donne de cheminer ensemble dans la vérité, et la paix. 
Que ta miséricorde nous saisisse et nous guérisse profondément des crimes commis, subis et aggravés par des complicités de toute sorte. .

3/« L'esprit de la Sagesse est venu en moi, je l'ai aimée parce que sa clarté ne s'éteint pas »  
Que ta Sagesse Seigneur emplisse toutes les facettes de notre vie quotidienne. 
Qu’elle rayonne ton Amour au sein de notre communauté ecclésiale. 
Nous prions particulièrement pour le rassemblement des jeunes de notre diocèse au festival « Ephata » et à la semaine missionnaire mondiale qui débute sur le thème « J'ai soif de Toi, viens ! »

image
27 ème dimanche temps ordinaire - Année B

Dans la lecture de St marc, nous suivons Jésus sur le chemin de Jérusalem, chemin de sa Passion/résurrection. C’est entre la 2è et la 3è annonce de la Passion que Marc nous donne cet enseignement de Jésus dans une discussion avec le pharisien. Jésus prend deux réalités humaines très concrètes que nous connaissons bien : l’amour de l’homme et de la femme et l’image des petits-enfants.
A travers ces deux exemples, Jésus nous dit le plan de Dieu.

1. Au commencement
Le texte de la Genèse nous décrit la création de l’homme. Et Dieu donne son projet : « L’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme et tous deux deviendront une seule chair »
Au commencement, non pas en un début dans le temps mais dans la pensée biblique au fond des choses, dans les débuts primordiaux, c'est-à-dire au cœur même de la réalité, au cœur de l’être. Au commencement, l’homme est créé homme et femme, tous deux partenaires d’une alliance d’amour – ils ne feront plus qu’un- alliance qui dans la Bible sera signe de l’alliance même entre Dieu et les hommes. 
Et Jésus poursuit : « Ils ne sont plus deux… Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas »
Nous sommes ainsi en face du secret de l’amour : l’amour qui est don, qui est alliance, qui est communion.
Cette alliance, cet amour, Jésus va les vivre. Il va donner sa vie. La lettre aux Hébreux l’a rappelé dans la 2è lecture : « Il a fait l’expérience de la mort. C’est par grâce de Dieu au profit de tous »
Et St Paul parlant du mariage dans sa lettre aux Ephésiens, écrivit : « A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère. Il s’attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu’un. Ce mystère est grand. Je le dis en pensant au Christ et à l’Eglise ».
Face au mystère de l’amour de l’homme et de la femme, ne commençons pas par regarder comment est vécue aujourd’hui cette relation. Nous les savons, bien des difficultés existent. Mais contemplons le rêve de Dieu et portons sur les couples quels qu’ils soient, le regard de Dieu qui voit que ce qu’il a fait est bon. Et disons-nous que toute relation d’amour humain, même si elle ne répond pas toujours à ce rêve de Dieu, a toujours cette étincelle de vie qui est signe de l’amour de Dieu, de l’amour du Christ pour son Eglise, pour chacun d’entre nous.

2. La 2è image de cet évangile est encore une image d’amour : « Laissez les enfants venir à moi. Le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent »
L’enfant attend tout de ses parents, reçoit tout de ses parents. Les parents donnent tout à leur enfant. Il en est de même dans le plan de Dieu : Dieu donne tout. Il est Amour. 
Ainsi nous entendons le projet de Dieu, projet d’un Dieu qui nous aime et qui nous appelle à répondre à cet amour infini. Ce projet de Dieu ne nous est pas donné tout fait. Il nous est donné à construire tout au long de notre vie. Il y a les difficultés et les échecs. Sachons que notre Dieu est un Dieu de miséricorde.

(Homélie du P. Genevay)

 

Ce dimanche a été baptisé Jules FRANÇON

image
26è dimanche du temps ordinaire

« Ah ! Si le seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! »

Nous sommes à la maison de Capharnaüm, la maison de Simon Pierre
C’est le lieu symbolique des enseignements de Jésus dans sa marche vers sa Passion/Résurrection.
Cet enseignement de Jésus, dans ce contexte-là, n’a pas d’autre signification que de montrer que le disciple, celui qui veut marcher à la suite de Jésus, doit être celui qui imite le Christ.
Ainsi, la vie du disciple, imitant Jésus, doit être d’une exigence telle qu’il faut tout laisser pour le suivre.
Cette page de l’Evangile va formuler quelques-unes de ces exigences : 
Le premier enseignement de Jésus est provoqué par une réaction sectaire de Jean, un des fils de Zébédée surnommé « Fils du tonnerre ». « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent ».
Et Jésus, loin d’aller dans le sens de la réaction de Jean, va mettre en garde les disciples de s’arroger le monopole de la foi et de l’Esprit.
Ainsi, la place primordiale de l’Esprit est donnée : Esprit de Dieu, Esprit du Ressuscité qui souffle où il veut, qui entraine ses disciples, son Eglise et chacun de nous sur des chemins nouveaux.
La première lecture nous l’annonçait déjà. Au temps de Moïse, deux Anciens qui ne s’étaient pas rendus avec les autres à la Tente de la Rencontre, ont eux aussi reçu l’Esprit et se mirent à prophétiser et Moïse de s’écrier : « Ah ! Si le seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son Esprit sur eux ! »
Nous sommes ainsi appelés, non pas à nous accaparer l’Esprit, à faire de l’Esprit notre bien, mais au contraire à nous laisser conduire par lui.
Ainsi Jésus appelle tous ses disciples à l’imiter dans la force de l’Esprit, à faire des choix radicaux, des choix de charité. Et Jésus donne des exemples : le verre d’eau donné, le rejet de tout ce qui peut nous entrainer à la chute ou entrainer à la chute le frère ou le petit.
Dans ce sens, nous nous rappelons les paroles dures de St Jacques dans la 1ère lecture à propos des richesses et de la justice.
En positif, le disciple suit Jésus, imite Jésus en refusant tout sectarisme, en se laissant au contraire conduire par l’Esprit qui souffle où il veut, en vivant des choix pour Dieu, pour les autres.
Nous sommes donc appelés à regarder notre vie. C’est là qu’agit l’Esprit de Dieu qui nous rassemble.
Nous sommes aussi appelés à nous rendre disponibles aux appels de cet Esprit qui sont appels de Dieu à travers les appels de l’Eglise, du monde et des autres.

Homélie du P. Genevay

image
Messe d'installation du Père Jean-Marie Guillemot

« Vous tous qui avez à cœur de prier pour votre nouveau pasteur, et de contribuer par votre service confiant au sein de cette paroisse et votre présence chrétienne là où vous vivez, à l’annonce de la Bonne Nouvelle : Le Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité ! » P. Loïc Lagadec, vicaire général
Au cours de la messe, un certain nombre de gestes ont été posés : la remise symbolique des clefs, le renouvellement des promesses de l’ordination, l’envoi dans les lieux du ministère : baptistère, tabernacle, lieu de la réconciliation, siège de la présidence.
La profession de foi du P. Guillemot a été suivie de celle de l’assemblée.
En fin de messe, les membres de l’équipe paroissiale se sont présentés :  Bernard Chandesris, Daniel Courbet, Marie-Pierre d'Oléon, Bénédicte Drommi, Jean-Luc Dubois, Yves Giraudeaux (économe paroissial), Éliane Guépin 

A la sortie, les paroissiens se sont retrouvés, à l’extérieur, pour un apéritif convivial.
Le baptême de Célestin ROCHE a été célébré  à la fin de la messe par le père GENEVAY.

image

de Gauche à Droite : P. L. Lagadec (vicaire général), J.B. Thibault, J.M. Guillemot, P. Genevay et G. Péron
Au centre, un diacre du diocèse de St Etienne, d’où vient le P. Guillemot

 

 

 

image
24è dimanche du Temps Ordinaire (Année B)

St Marc a résumé cette rencontre de Jésus et de Pierre. Il ne garde que la profession de foi de Pierre : « Tu es le Christ ». 
De suite, il annonce à la foule et aux disciples son chemin pour marcher à sa suite : « Celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’évangile, la sauvera ».
Marcher à la suite de Jésus pour bâtir son royaume c’est, pour reprendre l’image de Jésus à Pierre dans l’évangile de St Matthieu : « Tu es pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise »
Devenir pierres vivantes de l’Eglise. Nous tous, baptisés, nous sommes ces pierres vivantes de l’Eglise du Christ. 
Et en ce dimanche de rentrée, nous sommes invités à découvrir toujours mieux notre place dans l’Eglise. L’Eglise se construit par nous, par notre foi, par notre action, par notre témoignage.
Être chrétien, c’est construire l’Eglise ensemble. D’abord l’Eglise, la communauté qui nous est proche. C’est avec les frères et les sœurs qui nous entourent que nous vivons notre foi dans les différentes situations de notre vie de tous les jours. C’est pour cela que nous vous invitons à répondre au questionnaire (*) qui vous est proposé, non pas en vue d’un rapport d’activités, mais pour nous mettre en face des façons de nous mettre aujourd’hui au service de la communauté. C’est d’une certaine façon un appel à chacun à vivre sa vie de chrétien et de chrétienne dans le concret de son existence.
Alors ainsi, mettons-nous sur le chemin de Jésus, le chemin de la vie et du témoignage.

Homélie du P. Genevay

(*) Le questionnaire est toujours disponible à l’église

N.D. de Plaine Fleurie
rue des Peupliers
38240 MEYLAN
Mail

image
;;_self

Secrétariat ouvert 
ND de plaine Fleurie : lundi 14h-17h 04 76 90 50 66
ND du Rosaire : mardi au vendredi 14h-17h  04 76 54 55 31

Voir la page d'accueil du site pour les horaires pendant les vacances

Accueil et écoute à NDPF

Mardi : 9h30 à 11h30 : PERMANENCE Notaire 

Horaire des messes

En semaine : mardi à 9h à la chapelle

le week-end : dimanche à 10h30 à l'église

Messe des familles : le 3eme dimanche du mois.

Autres messes dans la paroisse

Equipe Relais

Père Pierre GENEVAY :      06 80 38 76 19
Antonia ALONSO :             06 30 77 48 06
Cécile CARDIN  :                06 51 30 37 28
Bertrand CHANDESRIS :   06 07 44 88 68
Dominique DESBENOIT :  04 76 01 12 58
Eliane GUEPIN :                04 76 90 23 38
Xavier LAHEUX :               06 83 83 83 64

Communication

Monique PERRISSIN :  04 76 90 57 04

Conseil économique

Jean CORCELLE :  04 76 90 72 94

Equipe d'animation liturgique

Avec le prêtre, elle organise et coordonne les célébrations sur l'ensemble de l'année (dimanches ordinaires et grandes fêtes).

Marie-Noëlle MORIN :                              
    04 76 54 57 44
Florence FRANCOIS :                            
    04 76 90 50 81
Edouard FILIPE (messe des familles) :    
    06 63 11 81 84
avec Emilie et Emmanuel GAVA :            
    06 75 48 62 56
Philippe DUBRULLE (animateur chant) :  
    06 84 83 33 79

Référents des équipes liturgiques

Des équipes de quartier se réunissent pour lire les textes du dimanche, échanger et prier. Ces équipes sont ouvertes à tous et participent à la préparation des célébrations du dimanche.

Béalières  : Gilberte BEURRIER
Buclos : Marie-Noëlle MORIN
Grand-Pré : Chantal BLANCHON
Haut-Meylan : Monique FRANCOIS
Maupertuis- Charlais : Dominique DESBENOIT
Mi-Plaine : Michèle JARRIGE
Messe des familles : Barbara CAILLARD
Responsables de la liturgie : Marie-Noëlle MORIN Florence FRANCOIS

Art floral liturgique

Marie-José TINGRY :  04 80 38 00 43