Animer une messe

image

On vous a demandé d’animer la prochaine messe et vous êtes … complétement désemparé ? Ultra-motivé ? Un peu stressé ? Motivé mais “au secooours, tout le monde va me regarder” ? Pas de panique, cette page a été conçue spécialement pour vous ! Débutant, habitué ou expert, voici quelques conseils et explications qui vous permettront de faire chanter une assemblée sereinement afin que tous soient portés par la prière.
 

Quel est le rôle d'un animateur de chants pendant la messe ?

  • Aider la communauté à aller vers la prière à travers le chant c’est être soi-même en prière quand on chante.
  • Avoir la bonne intention par rapport au moment de la messe : demande de pardon, gloire à Dieu, prière universelle, chant de communion etc.

 Un conseil : Utiliser au mieux  l’espace autour de soi, quitter le face à face avec l’assemblée, se tourner vers la croix, se tourner vers l’autel, aller à l’ambon pour le psaume…

Ce qui est premier est l'acte liturgique

Chanter, c’est plus qu’accompagner le geste et surtout pas remplir des silences qui seraient gênants. Chanter, c’est nous mettre en condition pour bien  célébrer : le chant touche les cœurs. L’acte liturgique est d’abord l’acte de recevoir Celui qui Vient jusqu’à nous, par son pardon, sa Parole, son Eucharistie.

Comprendre le déroulement de la messe pour mieux l'animer

Il est indispensable de prévoir le déroulement de tout ce qui va se passer dans la liturgie pour l'accompagner au mieux par un chant, une musique instrumentale ou simplement du silence. Pour une messe de dimanche ordinaire, voici le déroulement : 

CHANT D'ENTRÉE Il nous rappelle qui nous rassemble : nous allons célébrer la résurrection du Christ ! C’est un chant de procession noble et joyeux qui, à partir de la louange et la glorification de notre dieu nous transforme  en un seul corps de frères, d’enfants de Dieu.
RITE PENITENTIEL

Le missel prévoit 3 formules.
Les intercessions peuvent être chantées.

GLORIA

Est une hymne et non un chant, c à d que le texte est premier. Il est bon d’éviter la forme couplet – refrain.
On l’omet pendant l’Avent et le Carème.

PSAUME Autant que possible, on cherchera la participation de l’assemblée.
ACCLAMATION DE L'ÉVANGILE La liturgie prévoit un verset d’introduction à la lecture que le chantre pourra insérer entre les  reprises de l’alleluia. En cas d’encensement, on chante jusqu’à la fin du geste. 
PRIÈRE UNIVERSELLE Prévoir un refrain en adéquation avec les 4 intentions prévues. 
PROCESSION DES OFFRANDES Moment de recueillement avant la liturgie eucharistique. Le Christ va se donner, nous nous préparons en silence, avec un chant ou une musique instrumentale.
SANCTUS Acclamation brève qui répond à la phrase du célébrant.
ANAMNÈSE Le missel romain nous donne 3 formules qui sont lancées par le célébrant. C’est pourquoi il faut peut être homogénéiser les choses et en avoir 2, ou 3 chantées sur lesquelles ce sont  les musiciens  qui suivent le prêtre.
AGNUS Après l’échange de la paix qui nous vient du Christ, nous chantons pour accompagner le geste de la fraction du pain
COMMUNION

Le chant de sortie nous introduit à une relation intime avec dieu : il se donne à nous, nous le recevons, nous le laissons faire son œuvre en nous,  autant que possible.

SORTIE Nous envoie porter témoignage de la joie d’être croyant. Nous retournons à nos vies, transformés par ce moment de communion avec le Seigneur et avec des frères.

S'adapter aux temps liturgiques

L’attente de Noël, le temps ordinaire, le temps du carême qui nous mène aux grands jours de Jérusalem où nous tentons d’être avec le Christ, pendant sa passion, le temps Pascal où nous laissons raisonner en nous cette nouvelle vie donnée par la résurrection suivi du retour au temps ordinaire... Il convient d'adapter les chants d'une messe et l'ambiance à chaque temps de l'année liturgique. 

Chaque dimanche peut être éclairé par une solennité particulière : par exemple, la Toussaint, ou la Sainte Famille … Vous pouvez connaitre les solennités et lire les lectures du jour sur le site AELF.

Quelques astuces concrètes pour être mieux se préparer

  • Pour se sentir à l’aise, heureux d’être au service, sans stress : prévoir un petit temps de réveil corporel (s’étirer, s’échauffer,…) mais aussi de prière personnelle
  • Bien connaitre les chants choisis, être sûr du tempo qui conviendra, placer ses feuilles en ordre sur le pupitre ou sur sa chaise pour ne pas  les chercher au dernier moment
  • Régler le pupitre et tester le micro (ni trop loin, ni trop près, pour être justement perçu par l’assemblée sans la couvrir)

L’animateur doit se mettre en lien avec les autres acteurs de la liturgie :

  • Aller voir le prêtre avant le début de la célébration pour qu’il puisse répondre à quelques questions précises : Y a-t-il des intentions particulières pour le Kyrie ? Doit-on chanter ou réciter le Notre-Père ? ...
  • Aller voir l’organiste pour une brève répétition de chants et pour prévoir comment démarre chaque chant. Par exemple, l’orgue peut jouer une fois la première phrase, puis toute l’assemblée reprend.
    Ou c’est seulement l’organiste qui donne la note, puis l’animateur chante une fois sans diriger et invite  ensuite l’assemblée à chanter.
  • Aller voir l’équipe liturgique du jour pour savoir comment commencera la prière universelle (d’abord le refrain ou l’intention ?). A ce propos, il est important de veiller à respecter un petit silence de prière communautaire avant le refrain.