Conseils et groupes

Quels sont les groupes et conseils qui entourent l'évêque ?

Le conseil est un groupe de personnes composé de religieux ou de laïcs. Ces membres ont pour mission d’assister et de conseiller l'évêque, dans le cadre de sa mission dans le diocèse. 

Chaque groupe est chargé d'une thématique spécifique et se réunit régulièrement. 

Le Conseil épiscopal est le conseil le plus proche de l'évêque. Il se compose actuellement de neuf personnes nommées par lui : trois prêtres, dont ses deux vicaires généraux, quatre laïcs et lui-même.
Le conseil se réunit autour de l’évêque pour donner les impulsions pastorales au diocèse, régler les problèmes, prévoir les nominations de prêtres, les embauches de laïcs, prendre les décisions qui s’imposent pour la bonne gestion financière des affaires du diocèse. 

Ce que dit le Droit canonique : « Dans chaque diocèse sera constitué le conseil presbytéral, c'est-à-dire la réunion des prêtres représentant le presbyterium qui soit comme le sénat de l’évêque, et à qui il revient de l’aider, selon le droit dans le gouvernement du diocèse, dans le but de promouvoir le plus efficacement possible le bien pastoral de la portion du peuple de Dieu confiée à l‘évêque. » (Can 495 §1) 

Ce que dit le Code de droit canonique : « Dans chaque diocèse sera constitué le conseil pour les affaires économiques que préside l’évêque diocésain lui-même ou son délégué ; il sera composé d’au moins trois fidèles nommés par l’évêque, vraiment compétents dans les affaires économiques comme en droit civil, et remarquables par leur probité. » (Can 492 §1)

Le rôle de ce conseil est d’approuver le budget et les comptes avant le conseil d’administration et l'assemblée générale de l’ADG. Il est également informé de tous les problèmes immobiliers du diocèse, c'est-à-dire des 46 paroisses soit plus de 500 clochers avec éventuellement une salle paroissiale… Les membres peuvent intervenir lorsqu’il y a des problèmes de droits, des problèmes financiers, des problèmes de relations avec les collectivités locales,…

Le CDAE a donc le souci des finances et du respect des bonnes règles avec la société, entre les membres de l'Eglise et les associations paroissiales qui peuvent être le support de nombreux biens immobiliers.
Le CDAE se réunit chaque mois, et l'économe diocésain, propose l’ordre du jour, avec des éléments de discussion et de décision. Chaque membre du CDAE se trouve plus ou moins impliqué pour étudier un dossier ou pour travailler dans une commission, suivant sa compétence et sa disponibilité. 

Le Conseil diocésain pour la Vie Consacrée fait le lien avec la vie religieuse et les autres formes de vie consacrée dans le diocèse. Il permet de mieux intégrer les charismes de la vie consacrée dans la vie du diocèse.

Le Conseil diocésain de l'Enseignement Catholique concerne la politique de l'Enseignement Catholique dans le diocèse, le suivi des établissements, les orientations.

image

Les CDAS (Commission diocésaine d'art sacré) existent dans chaque diocèse. L’évêque est le président : il nomme un responsable qui coordonne une équipe : prêtres, architectes, personnes formées à la liturgie, à l’art ou à l’histoire… Toutes sont bénévoles.

Un rôle de conseil : La CDAS aide les propriétaires des lieux de culte (en général les communes) à les restaurer et à les mettre en valeur. Selon la loi française, tout aménagement dans les églises construites avant 1905, doit se faire en collaboration avec l’affectataire, c’est-à-dire le clergé local. La CDAS guide les communautés paroissiales pour mettre en forme les prescriptions liturgiques du concile Vatican II. Ses membres connaissent l’évolution des espaces de l’Eucharistie, de la Parole, du baptême, de la réconciliation, de l’adoration...
De plus, les nouvelles paroisses ont modifié l’utilisation des lieux : grandes ou petites assemblées, baptêmes groupés, réunions sans eucharistie, accueil des visiteurs… ou églises fermées.

Un rôle d’interface : Nos églises ont une importance affective et sociale dans le paysage français bien au-delà du monde des pratiquants. La CDAS est l’interlocuteur des municipalités et elle peut orienter vers les  services de l’Etat : Conservation du patrimoine, affaires culturelles… Elle sert parfois d’arbitre entre les utilisations cultuelles et culturelles (concerts, expositions).

Un rôle d’intervention technique et d’accompagnement des projets : Les églises étant des bâtiments très spécifiques, la CDAS diagnostique les problèmes dans leur globalité. Un membre architecte ne sera pas maître d’œuvre, mais il sera d’un précieux conseil avant d’envisager des travaux : assainissement des murs en priorité, type d’enduits et peintures, éclairages, sonorisation.

Un rôle de compagnonnage et d’initiative : La CDAS est partie prenante des propositions de la pastorale sacramentelle et liturgique. Elle souhaite aussi mettre en relation les communautés et les artistes.

Un rôle de formation : La CDAS a le souci d’aider les paroisses à lire leur patrimoine (tableaux, objets sacrés…) et à comprendre les raisons des aménagements passés.

Le groupe bioéthique du diocèse a été constitué à la demande de Mgr Guy de Kerimel ; il en est membre.
Suivi par le service diocésain Diaconie et soin, ce groupe composé de médecins et d’experts appelle à une réflexion chrétienne sur l’éthique médicale en réaffirmant ces préoccupations majeures : le respect absolu de la vie, le droit de vivre avec ses différences, les axes de recherche bioéthique touchant à la vie de l’homme de la naissance à la fin de la vie, la prise en charge de la dépendance…

Plus d'informations, contactez le service Diaconie et soin : diaconieetsoin@diocese-grenoble-vienne.fr

Un groupe de réflexion et de conseil qui regroupe différentes composantes religieuses : juive, chrétienne et musulmane. Il se réunit périodiquement pour contribuer à la cohésion de la société au plan local dans un esprit de concertation et de collaboration afin que l’élément religieux soit un facteur de paix et de progrès. A son actif, on compte de nombreux événements, entre autres des portes ouvertes dans les divers lieux religieux, des marches de la fraternité et la production depuis cinq ans d’un calendrier interreligieux, imprimé avec l’aide de la ville de Grenoble.

En savoir plus sur l'interreligieux dans le diocèse
Une question ? Merci de contacter benedicte.duchaffaut@diocese-grenoble-vienne.fr  

Des Eglises chrétiennes de l'agglomération grenobloise se retrouvent depuis 1998 au sein d'une commission. Par une nouvelle charte signée le 19 janvier 2012, elles reconnaissent que "c'est pour elles une grâce et un appel de Dieu d'avoir à se rencontrer et à se connaître" et elles s'engagent "dans la recherche d'une communion croissante, dans le respect de la diversité de foi et du mode d'organisation propre à chacun."

Les Eglises membres de la Commission sont :

  • l'Eglise anglicane de Grenoble
  • l'Eglise apostolique arménienne de Grenoble
  • l'Eglise catholique romaine - diocèse de Grenoble-Vienne
  • l'Eglise orthodoxe grecque - paroisse Saint Georges, Grenoble
  • l'Eglise orthodoxe roumaine - paroisse Tous Saints, Saint-Martin d'Hères
  • l'Eglise adventiste du 7e jour de Grenoble 
  • l'Eglise évangélique baptiste d'Echirolles
  • l'Eglise protestante malgache FPMA de Grenoble
  • l'Eglise protestante unie de Grenoble

Le Conseil d’Eglises chrétiennes en France est un lieu d'échange d'informations, d'écoute et de dialogue. Il facilite une réflexion et éventuellement des initiatives communes en un triple domaine : la présence chrétienne à la société, le service et le témoignage.

Le Conseil comprend trois délégations composées d'un nombre égal de sept membres chacune : la délégation catholique, la délégation protestante et la délégation orthodoxe. L'Église arménienne apostolique est représentée par une délégation de trois membres. À ces quatre délégations s'ajoute un observateur permanent de la Communion anglicane. Les présidents des délégations catholique, protestante et orthodoxe sont les trois co-présidents du CECEF. À savoir, le président de la Conférence des évêques de France, le président de la Fédération protestante de France et le président de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France. Chaque coprésident préside, à tour de rôle pendant un an, le CECEF.

Le Conseil diocésain de Pastorale, composé essentiellement de laïcs, représentent l'ensemble du Peuple de Dieu qui constitue le diocèse. Il aide l'évêque à mieux connaître les besoins pastoraux, à discerner les signes des temps, et à réfléchir les orientations pastorales. Il devrait désormais se composer de soixante-dix membres environ.